Tribune : le robuste soutien de Gabriel Manimben à Cyrus Ngo’o, le directeur général du PAD

M. Gabriel Manimben.

Face à la recrudescence des actes de certains acteurs tapis dans l’ombre cherchant à intimider le directeur Général du port autonome de Douala (PAD), Gabriel Manimben, Directeur général de APM (Agence de Prestations maritimes), un manitou de la manutention portuaire, sort de sa réserve et invite à l’arrêt des actes qui noircissent l’économie camerounaise.

  J’hallucine vraiment sur ce qui arrive à ce patriote qui ne cherche qu’à développer son pays mais on ne cesse de l’intimider. On cherche à le punir pour son patriotisme.  C’est vrai que la normalisation du port de Douala bouscule de vieilles habitudes et surtout, est venue stopper nette la mangeoire de certains lobbies. En décidant de normaliser la gestion du terminal à conteneur, le dragage, le remorquage, le patrimoine de l’ex ONPC, le DG a heurté certains qui ont juré avoir sa peau par tous les moyens.

C’est le cas de cette affaire qui défraye la chronique actuelle.  Comment comprendre qu’on puisse décider de faire arrêter un DG en fonction sans l’aval de la présidence de la République ? Comment comprendre que dans l’exercice de ses fonctions, il a voulu recouvrer les deniers publics et au lieu de condamner celui qui ne veut pas payer, on condamne celui qui veut recouvrer l’argent de l’Etat, non pas pour mettre dans sa poche mais pour le trésor Camerounais. Comment comprendre que malgré le fait que le DG ait été déclaré non coupable par le ministère public, le juge a décidé de le condamner ?

M. Gabriel Manimben, DG APM.

Le Conseil d’administration du PAD a pris une résolution de payer cette somme mais la justice insiste que c’est le DG qui doit payer de sa poche et non le PAD. Vous y comprenez quelque chose vous ? Je pense qu’il faut cesser d’intimider ceux qui veulent tirer le Cameroun vers le haut  en appliquant le vœu du président de la République d’amener le pays à l’émergence en 2035  avec ces pratiques comment pourrions-nous atteindre cette émergence. Combien de Camerounais auront encore la volonté de bousculer les vieilles habitudes en voyant ce que subit le DG PAD.

Mais je garde l’espoir pour mon pays, le seul fait que la présidence a empêché ce forfait de s’accomplir montre que le chef de l’Etat encourage  ses citoyens à taire leur égoïsme pour préserver l’intérêt national  et le DG du PAD est de ceux-là.  Aucune intimidation ne l’empêchera d’atteindre le cap qu’il s’est fixé, à savoir  faire du port de Douala un pôle de référence dans le Golfe de Guinée. Toutes ces attaques personnelles illégales ne feront que lui donner du carburant pour conduire son bateau à bon port.

Tous les opérateurs portuaires et j’en suis un et pas des moindres, peuvent témoigner à juste titre la transformation de ce port depuis la nomination de M. Ngo’o à ce jour et surtout au regard de tout ce qui est réalisé et ce qui est en chantier ( la voirie portuaire, le dragage des pieds de quai et du chenal, la construction du duc d’albe  pétrolier et l’appontement du parc à bois  la rénovation du poste 51,  la construction des nouveaux quais  à Bonaberi. La construction des  nouveaux magasins  (ceux qui sont la datent des années 60 et constituent un danger pour les utilisateurs) la réactualisation du projet Douala Beach, la sécurisation de l’enceinte portuaire. Comment peut-on en vouloir à un pareil homme ? Si on t’explique le Cameroun et tu comprends,  c’est qu’on ne t’a pas bien expliqué.

Gabriel Manimben

*Correspondance particulière

Tous les opérateurs portuaires et j’en suis un et pas des moindres, peuvent témoigner à juste titre la transformation de ce port depuis la nomination de M. Ngo’o à ce jour et surtout au regard de tout ce qui est réalisé et ce qui est en chantier

Partager

Read Previous

Infrastructures : le Cameroun inaugure le terminal fruitier mixte à Douala, un investissement de 4,7 milliards de FCFA

Read Next

Gabriel Manimben : « L’awards va nous encourager à aller de l’avant »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More

Read More