Infrastructures : le Cameroun inaugure le terminal fruitier mixte à Douala, un investissement de 4,7 milliards de FCFA

 C’est une infrastructure dont les travaux ont nécessité huit années. Dans le détail, relève Paul Tason, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), cette infrastructure a absorbé 4 milliards 723 millions  de FCFA, soit 7 millions 200 mille euros, des fonds issus de l’Union européenne (UE).

Les travaux de l’infrastructure inaugurée le 17 mai 2022 à la place portuaire de la capitale économique du Cameroun ont permis l’achat de 75 engins de manutention au terminal fruitier mixte (TMFD), 18 chariots électriques de 2 tonnes, 4 chariots thermiques de 4 tonnes l’unité, 30 transpalettes électriques de 1 tonne, 8 chariots thermiques de 8 tonnes.

En outre, l’on a aménagé un étage bureaux qui accueille 25 collaborateurs, un bâtiment social (cantine, poste de sécurité, infirmerie, salle de réunion), des guérites pour l’accueil des conteneurs. L’on a installé 300 prises électriques avec 30 chariots mobiles de 10 prises, des branchements qui peuvent alimenter autant de conteneurs équivalents de 6 000 palettes. Aussi, ces fonds ont permis d’avoir 5 groupes électrogènes de 720 Kva, ce qui permet de travailler même en cas de délestage électrique. Pêle-mêle, sont listés, l’éclairage de la zone d’agréage, une zone de lavage conteneur avec forage, un garage pour la maintenance des engins, deux reachstackers de 45 tonnes, six remorques, trois terberg, un tracteur agricole, trois haulottes, entre autres.

Pour Philippe Van Damme, ambassadeur chef de délégation de l’UE, «Cette réalisation est une composante importante de ce qui est apporté par l’UE au secteur de la banane au Cameroun depuis plus de 20 ans. Avant la crise, les régions du Nord-ouest et du sud-ouest, le volume produit annuellement atteignait 300 mille tonnes, donc la quasi-totalité était destinée à l’exportation.  A présent la production avoisine 200 mille tonnes du fait des perturbations dans la Région du Nord-ouest et Sud-ouest. Mais en valeur, le secteur de la banane reste encore aujourd’hui le 3e produit d’exportation du Cameroun  en 2021. Il est donc extrêmes important en termes d’emplois de lutte contre la pauvreté en zone rurale, notamment avec plus de 15 mille emplois directs et de milliers d’emploi indirects. »

A en croire Paul Tason, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), la production de la banane est dominée par trois groupes de producteurs, donc deux privés, qui sont les Plantations du Haut Penja (PHP) et Boh Plantations limited, Cameroon developpement corporation, qui est à capitaux publics. « Les travaux de modernisation du terminal mixte fruitier de Douala sont un exemple d’ouverture du gouvernement dans une perspective d’amélioration de la compétitivité de la banane camerounaise », indique le membre du gouvernement.

Le terminal fruitier mixte de Douala est une concession de 15 ans. L’espace s’étend sur 18 044 m², dont 6 772 m² de hangar, 1 9001 m² de couvert, 9 983 m² de terre-pleins et des bureaux sur 1 289 m².  59 employés y sont déployés, tandis que dans le pipe, pointe un recrutement de supplémentaire de dix autres employés.

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Performances : en 2021, la SABC a capté 800 millions de FCFA sur la vente de l’eau minérale

Read Next

Tribune : le robuste soutien de Gabriel Manimben à Cyrus Ngo’o, le directeur général du PAD

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More

Read More