Croissance : Yello et IP, deux structures qui se positionnent pour le financement des PME sans garanties exigées

Le financement des Petites et moyennes entreprises est un vrai problème. Certaines disparaissent de l’échiquier, sans avoir eu du temps de devenir plus grandes. Une situation que veut corriger le Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam).

Ainsi, le 25 mai 2022, une rencontre d’échanges entre patron en herbe et Yello et IP (Investisseurs et partenaires) a eu lieu au Gicam, question de passer de l’entrepreneuriat de subsistance pour une entreprise de croissance. Pour ce faire, deux plates formes de financements ont passé en revue les difficultés de financements et suggéré des solutions. « Les difficultés que peuvent rencontrer les PME à trouver des financements dans notre environnement viennent du développement de notre système financier où il y a déjà forcement des sociétés, des entreprises structurées, des financements classés du type, banque, micro finance. Derrière vous avez des PME qui  ne sont pas assez structurées, qui n’ont pas assez de garanties pour pouvoir obtenir des financements de ces  structures », constate Christian Amouo, responsable amorçages chez IP.

D’autres raisons sont en outre avancées. Telle l’absence de vision parfois. Le promoteur peut avoir des projets qui sont déjà sur le marché mais n’ont pas de vision claire qui puisse être compréhensible par les financiers en face. Il y a donc une question de vision et de structuration, analyse l’expert de IP.

Cette entreprise,  à travers un programme, propose une solution de financements pour des jeunes entreprises qui sont en phase d’amorçage. « Ça veut dire qui ont déjà un premier chiffre d’affaires et qui veulent aujourd’hui se déployer en augmentant leur capacité de production ou alors en affinant leur business model avec des financements qui vont entre trois millions et quarante millions de FCFA, sou forme d’avance remboursable sans taux d’intérêt, bien sûr en partenariat avec l’Union européenne qui est le principal bailleurs de fonds du programme. »

En dehors de cela, cet investisseur apporte l’assistance technique aux entrepreneurs en répondant à leurs problématiques qui peuvent être liés  aux questions commerciales, de restructuration financières ou procédé de production.

Les travaux de Douala ont permis de découvrir Yello (www.yellow-factoring.com). Qui est un acteur indépendant spécialisé dans l’accompagnement des petites et moyennes entreprises. « Notre initiative part d’un constat. Entant que PME, pour accéder à la trésorerie de nos jours relève très souvent d’un parcours du combattant. Nous avons voulu offrir une solution qui est simple, alternative qui est efficace et rapide en mettant à disposition des financements à la disposition des PME en 72h tout au plus à travers la mobilisation de leur créance commerciale. Pour faire simple, une PME qui a une facture client en attente de paiement peut disposer dans 72 h tout au plus de la trésorerie dont elle a besoin pour assurer son fonctionnement », explique Angela Ngo Ndouga.

Ici, il n’y a pas de restriction sur la typologie des PME. «  On veut avoir une offre qui est adressée à toutes les PME. Nous ne demandons pas de garantie à la PME, nous n’avons pas de restriction minimale sur le chiffre d’affaires à mobiliser, nous accompagnons tout type de PME. Par contre comme nous ne demandons pas de garanties à la PME, nous cherchons à savoir qui est le débiteur, cela nous permet de prendre le risque pas sur la PME qui peut ne pas avoir de garantie, mais la qualité de signature de ce débiteur qui est de l’autre côté », ajoute l’interlocutrice.

Le thème de cette édition d’échanges organisées par le Centre de développement de la PME du Gicam (CDPME)  portait sur ‘’Offrir aux entreprises dont le chiffre d’affaires est compris entre 50 à 250 millions un accès aux financements et aux compétences nécessaires à leur développement’’

.A.O

Partager

Read Previous

Publication : le magazine Investisseurs disponible

Read Next

Financements : le réassureur SCG-Ré recherche des fonds  pour augmenter son capital de 10 à 15 milliards FCFA

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More

Read More