Financements : le réassureur SCG-Ré recherche des fonds  pour augmenter son capital de 10 à 15 milliards FCFA

Dr Andrew Gwodog

Cela devra se faire à travers le lancement d’un appel à épargne publique. Cette opération devrait avoir lieu en septembre 2022. De l’avis de Dr Andrew Gwodog, administrateur directeur général de la Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) l’objectif, entre autres, est d’emmener les habitants de la sous-région Afrique centrale (Cameroun, Gabon, Tchad, RCA, République du Congo, Guinée Équatoriale) à rompre avec la thésaurisation pour massivement investir, faire travailler leur argent autrement, au lieu de le garder sous le matelas et autres endroits insoupçonnés où l’on cache souvent ses avoirs financiers.

En dehors de doper son capital, l’ambition est également l’entrée en bourse, un univers strict en matière de transparence. « Dans le cadre de la mise en œuvre de notre Plan Stratégique de Développement 2021-2025, nous avons procédé à l’augmentation du capital social par incorporation des réserves et apports en numéraires de l’ordre de FCFA 5 milliards pour le porter à  10 milliards de FCFA le 08 octobre 2021, conformément aux dispositions du Code CIMA.  Cette augmentation sera suivie d’une autre qui traduit pleinement l’ambition Africaine de la SCG-Ré, notamment « un Appel Public à l’Épargne et d’introduction en bourse » sur le marché financier sous régional en vue de lever au minimum FCFA 5 milliards. »

Cette opération en préparation, rappelle-t-on, rentre dans le cadre du renforcement des fonds propres de ce réassureur  et du rééchelonnement stratégique de sa position  dans la zone CIMA. Le challenge est également de répondre par ricochet à l’obligation communautaire de l’État gabonais de céder ses actions dans les entreprises sur le marché régional conformément au Règlement n°02/CEMAC/UMAC). 

 Cette opération d’appel public à l’épargne et d’introduction en bourse, explique Dr Andrew Gwodog qui était face à la presse camerounaise le 30 mai à Douala, vient répondre aux objectifs fixés par le Plan stratégique du développement de l’entreprise. Qui vise à renforcer le capital social et les fonds propres, réaliser l’équilibre entre croissance, rentabilité et solvabilité, favoriser le développement à l’international par l’ouverture des bureaux, améliorer la politique de souscription, de rétention et de rétrocession, promouvoir l’image de la société et sa notoriété, obtenir une notation financière équivalente à BB par une Agence de notation internationale.

En rappel, le rôle d’un réassureur est d’assurer les compagnies d’assurance, en couvrant pour elles tout ou partie des risques transférées. De ce fait, toutes les sociétés d’assurances présentes au Gabon, ayant reçu agrément de la CIMA sont tenues du fait de la loi, de céder tout ou partie de leurs primes à la SCG-Ré à hauteur de 15% pour les affaires en non-vie, 10% pour les affaires en vie et 5% pour les Traités et Facultatives. 

La SCG-Ré (www.scg-re.ga)  a également pour objet de souscrire sur l’ensemble du continent Africain et d’importer des capitaux qui, autrefois étaient reversés à l’étranger. Ces capitaux qui complètent ceux obtenus au premier franc sont mis à la disposition de l’État et des opérateurs économiques en besoin de financement à travers les banques commerciales

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Croissance : Yello et IP, deux structures qui se positionnent pour le financement des PME sans garanties exigées

Read Next

Fer de Kribi : le regard de Joël Daniel Monefong, expert en management des projets à financements complexes

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More

Read More