BEAC: Abbas Mahamat Tolli veut remplacer un camerounais, Louis Paul Motaze dit non

Louis Paul Motaze, ministre des Finances

Une douce et profonde opposition fait mouche entre Abbas Mahamat   Tolli, gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) et Louis Paul Motaze, ministre des Finances (Minfi) du Cameroun. En toile de fond, le départ à la retraite d’un camerounais. « Suite au départ à la retraite du directeur national pour le Cameroun, son intérim sera assuré par Monsieur Zogo Nkada Achille, 1er adjoint au directeur national chargé du pôle études et contrôle bancaire, et Monsieur Asafor Cho Emmanuel, 2e adjoint au directeur national en charge du pôle exploitation. Cet intérim, qui prend effet à compter du 1er février 2022, prendra fin à la prise de fonction du nouveau directeur national », a décidé le gouverneur de la BEAC le 6 janvier 2022.

Cette décision est très mal perçue par le Minfi, qui s’appuie sur le nouveau programme  avec le Fonds monétaire international pour poliment s’opposer  à la pensée du patron de la BEAC. «   J’ai pris connaissance de votre décision datée du 6 janvier 2022, portant intérim du directeur national de la BEAC pour le Cameroun. Sans interférer ni ignorer vos prérogatives, et en toute conformité avec les hautes directives reçues des autorités camerounaises, nous avions souhaité une prorogation additionnelle, pour une durée d’un an, des activités de Monsieur Blaise Eugène Nsom », avance le Minfi.

Qui ajoute. « Pour leur part, les autorités camerounaises apprécient les qualités professionnelles et humaines de Monsieur Blaise Eugène Nsom. Sa collaboration et ses contributions à l’élaboration des réformes des finances publiques, notamment dans le cadre des programmes économiques et financiers menés avec le Fonds monétaire international (FMI), sont capitales. À cet égard, il a toujours fait preuve de pro-activité et de célérité dans le traitement des dossiers à lui confiés. Dans ce contexte, il nous semble indispensable de prendre le temps nécessaire pour évaluer de façon plus opportune, les options de remplacement. C’est pourquoi, en s’inspirant des précédents dans notre sous-région, pour des fonctions équivalentes, je vous propose de reconsidérer votre décision relative à la situation administrative de Monsieur Blaise Eugène Nsom. »

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Gestion publique : inertie, Paul Biya le grand patron

Read Next

Nécrologie : voix très écoutée au port autonome de Douala, Gallus Fouda décède à 64 ans

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.