Reniement : Radisson Blu dément avoir un projet de construction hôtelière à Yaoundé

Les documents officiels ont pourtant été signés entre Eyébé Ayissi et la supposée partie belge le 10 septembre.

Au bout du fil, une voix posée explique à Economie du Cameroun. « Nous avons un projet à Douala et non à Yaoundé  comme ce qui est entrain de circuler». Pas plus. Ceci rejoint un communiqué laconique  qui a circulé le 18 septembre. A l’en-tête, les marques de Radisson Hôtel Group, qui écrit à Roland Muntzer, présenté comme directeur général de Radisson Blu, à Yaoundé. «  Il nous a été rapporté qu’il y a eu de récentes annonces dans les journaux au Cameroun annonçant un nouveau nouvel hôtel Radisson Blu à Yaoundé, un partenariat  entre le gouvernement camerounais et le consortium IIDG/Hotel Group. Nous venons par la présente affirmer jusqu’à date, Radisson Blu Hôtel Group n’a signé aucun contrat avec personne pour un hôtel à Yaoundé. »

Le démenti est donc là. Implacable. Pourtant, le 10 septembre à Yaoundé, Henri Eyébé Ayissi, ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf) a  en face de lui une dame. Frank Marie Ronald Smolders, présentée comme administrateur de IID Group et co-gérant de la société « Hôtels et Résidences du Cameroun, du nom de l’hôtel attribué à Radisson Blu, qui devrait sortir  de terre sur les bords du lac municipal.

La maquette de cette infrastructure  prévoit une tour de 25 étages et un bloc annexe en forme de yacht d’environ 07 étages. L’on parle alors, entre autres, d’un hôtel de cinq étoiles et un hôtel de luxe (300 chambres), des villas de très haute classe, des espaces de coworking et des espaces de commerce, un centre des congrès, des salles polyvalentes. Pour réaliser cet investissement, IID Group prévoit de dépenser 120 millions d’euros, soit 80 milliards de francs CFA. « Notre cible est la clientèle d’affaires et les organisateurs des conférences de haut niveau », soulignait Frank Marie Ronald Smolders.

Le projet plaît directement au Mincaf ; qui reconnaît dans son propos de circonstance qu’un contrat de bail emphytéotique de 50 ans d’un terrain de 2 hectares sur les bords du lac municipal, dans le troisième arrondissement de Yaoundé a été cédé aux investisseurs. « Une parcelle ayant fait l’objet d’une déclaration d’utilité publique par arrêté présidentiel le 22 juin 2018 », ajoute-t-il.

En attendant la suite des évènements, Frank Marie Ronald Smolders a encore en mémoire ces paroles de Henri Eyébé Ayissi. « Vous bénéficierez, de façon déterminée, du soutien et de l’accompagnement indéfectible de l’Etat du Cameroun, à travers tous les acteurs publics, en vue de la réalisation satisfaisante de cet important projet (…) C’est un ambitieux programme piloté par la haute hiérarchie de l’Etat, à travers un comité de pilotage conférant un rôle majeur à la Communauté urbaine de Yaoundé. »

Roland Muntzer, lui, sur son compte LinkedIn, se présente comme senior Consultant Hotel Industry, F&B, Services, chez Hôtel Performance Conseil et comme un professionnel du conseil et de l’audit dans l’Hôtellerie, la Restauration, les Services au Maghreb et en Afrique Francophone.

A.O

Partager

Read Previous

Grand dialogue national : Herman Cohen désavoue l’Etat virtuel d’Ambazonie

Read Next

Douala : Le groupe Bolloré réhabilite un centre de santé

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *