Vincent Nkengfua : « cette distinction vient nous remobiliser autour des objectifs des douanes

M.Vincent Nkengfua reçoit son prix de la CPM.

Le 11 mai 2021, le coordonnateur de la mission Halte au commerce illicite (HALCOMI 3, zone 1) a reçu un prix des mains de la  Convention panafricaine des media (CPM).  Une distinction qui se base sur les états de service de cette branche de la douane camerounaise à Douala.

Le coordonnateur compte d’ailleurs sur l’esplanade de ses bureaux de nombreux véhicules hors de prix, qui avaient réussi à échapper aux droits de douane. Les règlements sont en cours. Ainsi, des véhicules aux marchandises en vrac, Halcomi 3 zone 1 de la capitale a posé des actes qui ont attiré l’attention des journalistes ivoiriens, congolais, nigérians, camerounais entre autres qui constituent la  CPM.

Vous avez reçu le Prix d’excellence africaine du management administratif des mains de la Convention panafricaine des media. Votre mot à ce sujet ?

Je remercie la Convention panafricaine des média pour cette distinction à notre modeste personne. Cette distinction va à l’endroit de l’ensemble de la coordination de la mission Halcomi de la zone un de  mission Halte au commerce illicite. C’est un motif de satisfaction et d’encouragement à aller de l’avant. La mission Halte au commerce illicite a été mise sur pied par les pouvoirs publics, la direction générale des douanes pour accompagner la lutte contre la contrebande et le grand trafic illicite notamment. Il s’agit des faits qui impactent négativement sur les finances publiques et sur notre développement économique. Au niveau des finances publiques, la contrebande prive de l’Etat des ressources nécessaires pour le financement du budget.

Le récipiendaire en compagnie des collègues et des journalistes de la CPM.

Les enjeux sont donc importants…

Exactement car de l’autre côté, les trafics illicites mettent en danger la santé des populations, contribuent à la dégradation de l’environnement économique etc. c’est dans ce cadre que la coordination de la zone un essaie de contribuer à cette lutte et les résultats que nous obtenons et qui vous ont convaincus de nous décerner cette distinction parlent d’eux-mêmes. Nous n’allons pas dormir sur nos lauriers. Cette distinction vient nous galvaniser, vient nous remobiliser autour de l’atteinte des objectifs assignés à l’administration des douanes en général et à la mission Halte au commerce illicite en particulier.

Quid  des populations ?

Nous saisissons l’occasion pour en appeler à la collaboration, à la compréhension des populations car le fléau contre lequel nous luttons est un fléau qui, au-delà de mettre l’Etat en difficulté, contribue aussi à dégrader notre environnement économique, notre espace vital. Il s’agit d’une lutte pour le bien commun et nous encourageons les populations à être vigilantes, à soutenir la mission Halte au commerce illicite à travers le renseignement et aussi à travers un civisme qui permettrait que de façon spontanée, les gens paient les droits de douanes quand ils importent leurs marchandises, quand ils importent leurs véhicules et que les transactions commerciales sur les véhicules non dédouanés ou mal dédouanés soient évitées. Nous en appelons donc à la vigilance des uns et des autres.

Vous avez justement traqué de nombreux véhicules en situation irrégulière vis-à-vis de la douane. N’y a-t-il pas un moyen d’éviter en amont ce genre de problème ?

Le combat va se poursuivre.

Avant de s’engager surtout dans une opération d’achat d’un véhicule, il faut se rapprocher des services de douanes pour se rassurer  de la régularité du dédouanement de ce véhicule. La direction générale des douanes, pour faciliter ce travail, a mis sur pied une application dénommée Cosmos. Elle permet en temps réel de savoir si un véhicule a été dédouané ou pas. Cela règle le problème que nous avions souvent lorsque les usagers disaient qu’ils ne savaient pas qu’ils devaient garder les documents douaniers par devers eux, ou qu’ils les ont oubliés ou laissés au bureau des transports pour l’établissement de la carte grise. Cette application vient régler ce problème et facilite notre travail. Cette application contribue à la bonne gouvernance douanière dans ce secteur.

Propos recueillis par Albright Fandono                     

Partager

Read Previous

Visite de travail : pour emmener le secteur privé à investir dans des zones économiquement sinistrées, Joseph Dion Ngute est annoncé au Gicam

Read Next

Transport aérien : avec un voyage de 16 heures de temps non-stop, Air Sénégal effectue le plus long vol commercial d’un avion Airbus A330 neo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More