Vie des entreprises : le CDPME du Gicam vante les mérites du mentorat, un canal excellent pour le passage de témoin en entreprises

Chaque patron d’entreprise confirmé ou en herbe ne peut pas ne pas avoir pensé un seul instant à son entreprise après lui. Comment donner une vie quasi éternelle au business lancé ? Les nouvelles recrues, comment leur faire absorber la politique de production, les défis de la maison ? Autant de questions entre autres qui très souvent, donnent du tournis.

Ce qui a emmené le top management du Centre de développement de la petite et moyenne entreprise (CDPME) logé au Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam) à axer, le 16 décembre 2021, la troisième édition CdpmeMeetUp sous le thème du mentorat. « L’accompagnement individualisé est lié à la nature de l’être humain. Si vous prenez le comportement d’un reptile et celui d’un mammifère comme l’être humain par exemple, vous remarquerez que lorsqu’un lézard sort de l’œuf, il n’a pas besoin du concours d’un parent pour vivre. Immédiatement il est programmé pour être indépendant. Prenez un être humain, vous le laissez dans un environnement, il n’aura pas plus de dix minutes pour vivre. L’encadrement, le coaching, l’accompagnement est déjà inscrit dans les caractéristiques de l’être humain. Qui dit mentoring, dit que c’est quelque chose de normal chez l’être humain », explique Dieudonné Tietse, directeur général de Paness, une entreprise de formation, conseil et informatique.

Ainsi donc, il est inscrit dans l’ADN de l’être humain de se faire accompagner pour qu’il acquiert les capacités humaines et sociales. Cela est identique dans la vie en entreprises. Le fondement de la transition générationnelle, politique, culturelle et scientifique est ce qui doit rythmer la vie des entreprises, qui, malheureusement à 95 %, ne savent pas comment s’y prendre, observe le patron de Paness.

Lors de la 3e édition du CdpmeMeet Up.

Pour lui, il y a danger si, après la formation de votre enfant à l’étranger, il est directement affecté au poste de directeur général adjoint. Selon l’expert, il y a de fortes capacités à commettre des gaffes. Ainsi donc,  pour tout mentorat, il est nécessaire que l’apprenant soit disposé à apprendre, et tout tuteur/accompagnateur doit éviter de cloner celui qui est sous sa responsabilité. « On n’aide pas en mentoré en s’appuyant sur ses défauts. Considérez plus son potentiel car l’être humain, aussi diplômé soit-il, mérite d’être domestiqué. Faites qu’il se dise, j’ai besoin, je veux, je peux, je vais, montrez-moi. »

Valérie Neim, patronne d’entreprise et coach, conseille aux jeunes mentorés d’aimer ce que l’on fait et de n’avoir pas peur de migrer dans différents secteurs d’activités en fonction de leur rentabilité, tout en étant à l’écoute et en apprenant tous les jours.   CdpmeMeetUp a permis le partage d’expérience d’Emmanuel Wafo, Dieudonné Tietse, Raymond Abanda, tous, patrons d’entreprise dotés d’une très longue expérience dans l’entrepreneuriat.

A.O

Partager

Read Previous

Récompense : pourquoi le prix ‘’Personnalité Eco Matin de l’année 2020’’ à Emmanuel de Tailly, patron de la SABC

Read Next

Pr Touna MAMA : « je vais vous dire que ce n’est pas le Gicam qui dirige le Cameroun »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More