UNIPACE

Réunion extraordinaire à Douala

Début de la réunion extraordinaire de l’UNIPACE

Au cœur des travaux, l’examination de la situation des devises, mais aussi, l’avenir du FCFA à l’heure où la CDEAO évolue vers une monnaie commune.

La réunion extraordinaire ouverte ce 30 juillet à Douala porte sur des grandes questions économiques et financières qui touchent et secouent les six pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). En premier lieu, pointe la brulante question de la rareté des devises.

Le sujet est pris à bras-le-corps par la banque centrale –banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC)- qui s’est lancé dans une longue opération d’explication et de sensibilisation depuis le 4 juillet. Ainsi donc, «  l’objectif de notre réflexion de ce jour est d’évaluer l’évolution de la situation des devises et de l’état d’exécution des transferts dans nos pays respectifs après les derniers aménagements de la BEAC. Ce faisant, nous allons en tirer des enseignements au niveau de nos entreprises et de nos économies. A la lumière de ces enseignements, nous déciderons des actions que nous pourrions porter à l’attention des autorités monétaires, des institutions qui assistent nos gouvernements dans leurs efforts de redressement de nos économies. Enfin, et si nécessaire, nous communiquerons au niveau du grand public », a déclaré Célestin Tawamba, président de l’Union des patronats d’Afrique centrale (UNIPACE).

En dehors de la question des devises qui préoccupe le patronat tchadien, gabonais, centrafricain, congolais, camerounais, équato-guinéen, se trouve également un autre fait d’actualité. « Nous relevons que la CEDEAO a engagé depuis plusieurs années un processus visant à la création d’une monnaie commune au sein de ce regroupement économique d’Afrique de l’Ouest mettant en présence des pays francophones, anglophones et lusophones. Ces derniers mois le processus semble s’être accéléré (…) nous ne saurions rester indifférents à ces évolutions et devons au sein de l’UNIPACE d’entamer une réflexion sur l’avenir du FCFA dans la CEMAC. Ceci nous semble essentiel pour nous chefs d’entreprises qui sommes au premier chef concernés par les questions monétaires », observe le président des patronats de la CEMAC.

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Célestin Tawamba

Read Next

SCB Cameroun

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More

Read More