Transport aérien : une mission de l’ASECNA annoncée au Cameroun pour détecter les raisons qui ont plongé l’aéroport de Douala dans le noir

Cette mission, selon nos informations, arrive au Cameroun à partir du 15 juillet courant. L’Agence pour la Sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA)vient passer au crible cette situation qui a connu un traitement peu apprécié par le top management de cet organisme basé à Dakar.

C’est que, le 24 juin 2021, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, ministre des Transports (Mintrans) rend public un communiqué. « L’exploitation de l’aéroport international de Douala est perturbée depuis quelques jours en raison de dysfonctionnement de son balisage lumineux de piste et des aides à la navigation aérienne ». « Concernant le balisage lumineux, les dysfonctionnements seraient liés à un défaut d’isolement de l’ensemble des câbles », ajoutait le patron des Transports, pour qui «  cette situation a eu pour conséquences directes le report de certains vols au départ de cet aéroport et le déroutement d’autres vols qui devraient y atterrir, entrainant ainsi des perturbations dans les programmes d’exploitation des compagnies aériennes desservant cette plateforme. »

Des sources dignes de foi soulignent que le traitement de ce dossier a eu quelques incongruités. L’on a fait ombrageà Paule Assoumou Avomo épouse Koki, la patronne la Cameroon Civil Aviation Authority(CCAA).Selon des experts, elle a été absorbée par le Mintrans, qui est passé au-devant la scène. Cela n’a pas été apprécié. L’autre aspect du problème porte sur le recours fait à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen pour venir résoudre la défaillance de Douala. Une option qui a fait foncer les sourcils à Dakar. La visite de travail consiste donc à passer au peigne fin tous les pans de ce problème de balisage lumineux, tant à Douala qu’à Yaoundé.

L’ASECNA a une mission essentielle, la sécurité de la navigation aérienne dans un espace aérien couvrant une superficie de 16 100 000 km² (1,5 fois l’Europe) réparti en 6 régions. Elle fournit donc au niveau des aérodromes qui lui sont confiés, des services de circulation aérienne d’approche et d’aérodrome, des services de lutte contre l’incendie et de sauvetage des aéronefs ainsi que de la publication de l’information aéronautique, de la prévision et de la transmission des informations dans le domaine de la météorologie aéronautique, entre autres.

economieducameroun.com  

Partager

Read Previous

Climat des affaires : la pression fiscale va passer de 11,80 % à 13,55 %

Read Next

Numérique : Orange Pulse prend ses quartiers à l’université de Douala et vise à digitaliser au maximum cette institution

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More