Super mairie : métro à Douala, un projet phare de Mbassa Dine

Choisi le 4 mars pour diriger la super mairie de la capitale économique du Cameroun, le nouveau maire de la ville envisage de nombreux projets.

Le nouveau super maire de Douala veut que sa ville demeure le premier pôle économique du Cameroun et de l’Afrique centrale. Son plan d’action a un début. « D’abord le diagnostic. Il est simple : la ville étouffe. Son développement est plombé par son histoire et son état actuel. Son histoire : chaque matin, l’essentiel de la population converge vers Akwa et Bonanjo. Et le soir c’est le mouvement inverse. Les inconvénients de cette situation, doublés de l’état des infrastructures, sont tels que la ville ne donne plus à ses citoyens et aux opérateurs économiques les conditions minimales d’épanouissement. Dans ces conditions, la gestion du territoire est critique, et c’est le rôle premier d’une collectivité territoriale décentralisée de la dimension de Douala », reconnait-il dans sa profession de foi.

Les infrastructures de transport occupent une place de choix. C’est la raison pour laquelle le lancement des travaux de construction d’un boulevard périphérique le long duquel de nouveaux pôles de développement vont s’implanter dans les meilleures conditions. La berge rive gauche (Bangue-Deïdo) est dans le pipe. Simultanément, la maintenance du réseau routier actuel et son extension préoccupent au plus haut point le nouveau super maire. C’est pourquoi, sera mise en place  une régie déléguée à l’entretien routier. « Cela contribuera significativement et de manière pérenne à l’amélioration de la mobilité urbaine, caractéristique de base de l’urbanité. Mais la mise en place de transports de masse est inévitable pour une ville moderne du 21ème siècle. Aussi la construction d’un train express régional (TER) sur le site actuel de Dibombari à Japoma et desserte du port et de Bonanjo est un premier jalon en ce sens. De même il faudra mieux réguler le trafic actuel, et accroitre significativement le parc d’autobus, et lancer les études du Métro de Douala. Il faudra enfin assurer la continuité territoriale en organisant un service public de transport fluvial sur le Wouri pour permettre à Manoka de devenir aussi un pôle de développement. »

D’autres projets sont en vue. Comme la réorganisation de l’enlèvement des ordures ménagères pour le porter à 100% du volume produit chaque jour dans la ville, de même que le secteur de la récupération et du recyclage des déchets à moderniser

D’autres rêves portent sur l’achèvement  de recalibrage des drains primaires et secondaires afin de maitriser les inondations. « L’élimination des maladies hydriques et l’amélioration de la santé des citoyens passent par la

réintroduction et la construction de plus de 300 bornes-fontaines publiques », annonce Mbassa Dine, qui, dans la foulée envisage de  planter au minimum 10.000 arbres par an et aménager un espace vert par quartier. Le côté social de la mairie  de la ville sera visible à travers  la solidarité avec les malades, les personnes handicapées et les déshérités sociaux. Un fond spécial et l’appui aux institutions spécialisées existantes et à venir ainsi que le mouvement Handisport sont annoncé. Systématisation du permis de d’implantation avant toute construction, lancement d’un plan de développement de l’habitat social avec pour objectif d’atteindre 10.000 logements par an sont autant de projets entre autres sur lesquels Mbassa Dine sera évalué dans cinq ans.

 A.O

Partager

Read Previous

Stéphanie RIVOAL : « On veut que le secteur privé soit au centre du sommet»

Read Next

Entrepreneuriat féminin : 03 idées formidables pour réussir dans la création de richesses

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *