Rencontre business : comment le financement et le développement de l’industrie peuvent aider les pays membres de la zone de libre-échange continentale africaine ?

PML, image d’archives.

La zone de Libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est au cœur de l’économie africaine. Les retombées globales de cette autoroute économique naissante sont ébauchées par la Banque mondiale (BM) sur son site internet. On y retient que cette nouvelle opportunité pourrait permettre aux pays africains de faire sortir de l’extrême pauvreté 30 millions d’habitants et d’accroître le revenu de 68 millions d’autres personnes qui vivent avec moins de 5,50 dollars par jour.

La BM ajoute que sur les 450 milliards de dollars de gains potentiels, environ 300 milliards proviendraient des mesures de facilitation du commerce visant à lever les freins bureaucratiques et à simplifier les procédures douanières. Aussi, la mise en œuvre de ce pont économique permettrait de mener à bien les réformes de fond nécessaires pour stimuler la croissance à long terme dans les pays africains. « Le champ d’application de la ZLECAf est vaste (…) Si elle est pleinement mise en œuvre, la ZLECAf permettrait de réorganiser les marchés, les économies de la région et de stimuler la production dans les secteurs des services, de l’industrie manufacturière et des ressources naturelles », observe la BM.

2e édition PML

Cette lecture retient l’attention de  Carole Mbessa Elongo, promotrice de la Conférence PRO MEET UP AND LEARN (PML). Pour elle, il faut passer au peigne fin la place du financement et de l’industrie au moment où la ZLECAF est encore sur les starting-blocks. Les banques en Afrique centrale sont très souvent déclarées « sur liquides ». L’industrie, elle, est tatillonne (99% des entreprises en 2009 au Cameroun sont des PME sur un total de 93 969 selon l’Institut national de la statistique). Du coup, il faut redéfinir les visées du développement du continent et éclairer comme les finances et l’industrie peuvent être au cœur des échanges commerciaux que va  développer la ZLECAF.

C’est pourquoi la deuxième édition de PML à Douala du 15 au 16 septembre 2021 tablera sur « ZLECAF: comment le financement et le développement de l’industrie peuvent être un support à la dynamique de croissance des pays-membres ? » 250 participants sont attendus à cette rencontre corporate qui sera animée par trois speakers de renommée internationale.

Pour mieux cerner les contours de l’édition de cette année, un point de presse aura lieu à Douala le 30 juin prochain. En rappel, la Conférence PML (www.pml.cm ) est une rencontre annuelle, sous- régionale, réunissant des dirigeants d’entreprises majeures, des managers et des représentants d’institutions publiques et privées, ainsi que des partenaires au développement, autour d’intervenants et experts sur des sujets d’intérêts économiques.

Aloys ONANA

Partager

Read Previous

Reconnaissance : un prix d’excellence décerné à Wisdom International, une entreprise immobilière et de coaching

Read Next

Collectivité territoriale : The Okwelians, un think do tank veut promouvoir la bonne gouvernance dans les collectivités territoriales décentralisées

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More