Prise de fonction : l’exécutif communal de Meyomessala sera installé le 25 novembre prochain

La mairie de Meyomessala.

Le 25 novembre prochain, la place des fêtes de Meyomessala sera en fête. Le maire Christian Mebiame Mfou’ou sera officiellement installé, ainsi que l’ensemble de l’exécutif municipal de la mairie de Meyomessala, une mairie qui a une particularité, elle est la commune d’origine de Paul Biya,  chef de l’Etat. « Je crois en la politique des grandes opportunités. Je ferai de mes adjoints, du conseil municipal et des populations, un levier essentiel pour l’atteinte de nos objectifs de développement. Ensemble, nous continuerons à relever nos défis pour améliorer la qualité des infrastructures routières, le déficit en eau potable, la défaillance en énergie électrique et la lutte contre le chômage des jeunes », indique Christian Mebiame Mfou’ou.

D’une superficie de 2 516 Km² et une densité de 26,18 habitants /km², un total de 65 869 habitants, la commune de Meyomessala a été créée le 26 Juin 1992, par le décret N° 92/127 du 26 juin 1992. Issue du démembrement de la commune rurale de Bengbis et celle de Sangmélima qui a même continué à assurer la gestion de la jeune municipalité, jusqu’à la tenue des élections municipales du 21 janvier 1997, cette ville est située dans la Région du Sud, département de Dja et Lobo, arrondissement de Meyomessala.

Côté économique, l’agriculture est à 90 % la principale activité des populations. Bien qu’orientée vers l’auto consommation avec comme caractéristique, la forte pratique de la culture de plantain, manioc, macabo, igname, maïs, arachide etc. d’autres pans de l’économie sont en nette évolution depuis bientôt dix ans, avec la présence de Sud Hévéa –qui cultive sur près de 10 mille hectares de l’hévéa. L’on a aussi des acteurs majeurs qui sont dans la culture d’ananas, du palmier à huile entre autres, qui attendent des intrants, et des semences améliorées, ainsi que l’encadrement des aviculteurs et des pisciculteurs, afin que la mairie ait plus de ressources financières.   

L’exécutif qui entre en fonction devra sans doute se pencher sur la valorisation des sites touristiques comme celui de ‘’ la gorge du caïman’’ (Anyoungan) qui est un trou béant de près de 2 mètres gravé dans un bloc latéritique et dont le maître d’œuvre est ledit caïman,  des blocs rochers de Binyam et de Bitye, le  confluent du Dja, de la Lobo et de Sabe à Mekin à qui l’on confère des pouvoirs surnaturels, entre autres. « Beaucoup d’énergies ne sont exprimées pendant les campagnes électorales, avec pour motivation d’améliorer les conditions de vie des populations. Aujourd’hui j’invite toutes les forces vives à accompagner mieux que par le passé, nos efforts de développement qui sont visibles et palpables, la construction des routes, l’électrification, l’approvisionnement en eau potable, l’hygiène et salubrité », souligne le maire.

 Meyomessala est limitée  au Nord par la commune d’Endom, au Nord – Ouest par la commune de Zoétélé, au Sud par la commune de Meyomessi, au  Sud-Est par la commune de Djoum, à l’Est par la commune de Bengbis et à l’Ouest par la commune de Sangmélima
Meyomessala compte 97 villages dans l’espace rural et 05 villages dans l’espace urbain.

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Changements climatiques : l’auto appréciation de Nestlé sur son engagement à atteindre zéro émission de gaz à effet de serre

Read Next

Performances : avec des dépôts financiers de 4,9 milliards de FCFA, le secteur privé du Cameroun se démarque en zone CEMAC

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *