Port de Kribi : ICTSI accusé de «malhonnêteté »par ses premiers partenaires camerounais

Des portiques d’ICTSI sur un quai

Une fois arrivés au Cameroun, les dirigeants d’International container terminal services (ICTSI) ont abandonné leurs premiers partenaires pour se lier à un autre.

 C’est un groupe d’entrepreneurs camerounais qui, lorsque le moment de recruter un acteur pour la gestion du terminal polyvalent du port autonome de Kribi en 2014 arrive, s’appuie sur Gagan Seksaria et Christopher Ingham, quelques figures dirigeantes d’ICTSI. C’est eux qui vont aider cette entreprise à élaborer son Document de capacité technique et financière concernant le Multipurpose terminal addendum to restrited international call for tenders N°002/AOIR/CIPK/COPIL/2014, ainsi que le plan d’opération et de développement du terminal à conteneur. C’est le même groupe d’entrepreneurs camerounais qui a présenté ICTSI au cours d’une commission d’offre réunissant  AMPT/NECOTRANS-KPMO/ICTSI tenue au Hilton hôtel en 2014 et qui fera son lobbying en haut lieu.

Le temps de la coopération a pris fin, ICTSI a plutôt changé de partenaires, de manière unilatérale une fois le chemin à lui balisé. « Aujourd’hui nous entendons recourir à la voie juridique face à la malhonnêteté de ce Groupe philippin en prenant notre pays à témoin (…) nous sommes résolus à ne pas laisser passer en pertes et profits nos efforts abattus dès le départ, pour permettre à ce groupe philippin de rafler la mise. Sensé initialement être son partenaire local, nous sommes les mieux placés pour faire le constat de la malhonnêteté avérée dudit groupe », indiquent ces anciens partenaires camerounais rejetés après avoir gratuitement accordé leur expertise aux philippins. Economie du Cameroun a envoyé plusieurs mails à ICTSI pour sa version des faits, qui sont restés sans suite.

Godlove Tekam

Partager

Read Previous

Performances : Tradex, CNPS, ces entreprises camerounaises parmi les meilleures du continent

Read Next

Conférence internationale : les routes africaines au cœur d’un débat en Côte d’Ivoire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *