Management : Samuel Njanga Kondo Ngande prend les rênes du Syndustricam, le syndicat des industriels du Cameroun

Samuel Njanga Kondo Ngande, à droite.

Le Syndicat des industries du Cameroun (Syndustricam) a un nouveau président. Il se nomme : Samuel Njanga Kondo Ngande. Elu le 11 octobre 2021 à la tête de ce groupement de défense des intérêts des industriels camerounais, la nouvelle figure de proue des industriels du Cameroun dévoile son cahier de charges. « La mission du nouveau bureau et moi-même est de permettre au Syndustricam de retrouver sa place de véritable laboratoire d’analyse, de réflexions, de propositions et de recommandations qui puissent répondre aux attentes de ses membres dans un paysage économique marqué par une compétitivité accrue, et des effets exogènes et endogènes qui impactent notablement les activités économiques. »

Ce syndicat a un nouveau leader au moment où la décennie débutante accorde une place capitale au secteur industriel. En effet, la SDN30, boussole économique du Cameroun, place l’industrie au cœur de l’émergence du pays. ainsi, souligne le nouveau management du Syndustricam, le cahier de charges se renforce avec les challenges comme l’amélioration de la productivité des entreprises membres à travers la promotion de la compétitivité des filières, diversifier les exportations par la transformation et la valorisation des matières premières locales, la maximisation la valeur ajoutée manufacturière du Cameroun, la création des effets multiplicateurs dans l’environnement économique du Cameroun, et la redynamisation du partenariat avec les pouvoirs publics.

Ces volets cadrent un peu avec les défis d’autres organismes publics, à l’instar de l’Agence de promotion des investissements, de la Chambre de Commerce, le Conseil économique et social. Va-t-on se marcher dessus ? « Nous n’y allons pas en tant que concurrent de l’Etat, mais en qualité de partenaire privilégié pour faire face aux évolutions actuelles. Il paraît qu’une coopération toujours plus étroite entre les membres au sein du Syndustricam et entre ces derniers et l’État camerounais, peut aider à réduire l’incertitude et conduire à un ajustement collectif aux nouvelles situations dans lesquelles la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), s’illustre comme l’un des défis, dans le cadre d’une véritable alliance stratégique», avance Samuel Njanga Kondo Ngande.

Ayant démarré ses activités en 1950, le Syndustricam regroupe des entreprises de divers secteurs  à l’instar de l’emballage et cartonnage, la construction, les BTP, l’import-export, la distribution, le tourisme et loisirs, la métallurgie. Ledit syndicat a pour missions principales de défendre les intérêts des industries membres,  être l’interlocuteur du secteur industriel auprès des pouvoirs publics et des autres entreprises industrielles.

Samuel Njanga Kondo Ngande – par ailleurs président directeur général de Société camerounaise de cartonnages et de fournitures de matériel scolaire et bureau (Socarto) – remplace Alain Malong, qui, lui, est porté au poste de président d’honneur du Syndustricam, tandis que Noé Ikoue, le directeur général adjoint des Cimenteries du Cameroun (Cimencam) occupe le siège de vice-président. Dans les annales de ce syndicat, l’on ne manque pas de souligner que le Syndustricam a été dirigé pendant des années  par Samuel Njanga Kondo Ebelle, éteint le 10 mars 2020, géniteur du présent président du Syndustricam.

Reine Kouna

Partager

Read Previous

Investissements : chassé du port de Douala, zeste de corruption dans ses affaires au Bénin, Togo, Guinée Conakry, Bolloré serait prêt à quitter l’Afrique

Read Next

Partenariat : le PAD et l’ANOR signent un accord de cinq ans pour un maximum de normes à la place portuaire de Douala

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More