« Le Cameroun est en friche comparé au monde développé »

Luc Magloire Mbarga Atanga, ministre du Commerce

Que retenir de la 3e édition du Club Afrique développement qui s’est tenu à Douala le 1er novembre ?

Le Cameroun effectivement attire. Le Cameroun est ouvert. J’ai parlé de l’environnement normatif des textes pour attirer l’investissement privé, et c’est des textes incitatifs. Des opportunités sont à la pelle dans tous les secteurs.  Le Cameroun, d’un certain point de vue est en friche comparé au monde développé donc, il faut simplement saisir ces opportunités. Il faut également choisir le bon moment de saisir des opportunités qui se présentent. Nous entrons  dans une nouvelle phase du développement de l’Afrique. Beaucoup ont cru que l’émergence était un slogan, mais on réalise que avec les derniers pas que nous avons franchis, notamment la mise en place de la zone de libre échange continentale, l’Afrique va véritablement prendre son envol, l’Afrique va devenir l’endroit du monde que tout le monde regardera, dont tout le monde rêvera, chacun voudra investir ici parce que les potentialités sont là, le marché est vaste.

Quel est dans ce cas l’apport du commerce extérieur pour les entreprises camerounaises, voire africaines qui hésitent à s’ouvrir à l’échelle continentale sinon internationale ?

J’aime à dire que l’entreprise ne peut pas continuer à fonctionner en vase clos. L’entreprise doit survivre, respirer, le capital est multi national. Il n’y a pas de développement si vous n’avez pas de perspective de marché. L’Afrique va représenter un marché qui équivaut à la Chine, à l’Inde, et plus tard, l’Afrique va être l’espace marchand le plus important du monde, 1,2 milliards d’habitants aujourd’hui. A l’horizon 2050, ce sera peut-être  2,5 milliards donc, le meilleur endroit pour investir aujourd’hui, c’est l’Afrique. Les experts disent par exemple que pour nourrir le monde à l’horizon 2050, il faudra doubler la production actuelle s’agissant de l’agriculture. Pour pouvoir produire, il faut des terres. Il se trouve que le seul endroit où on trouve des terres arables aujourd’hui, c’est en Afrique.  Quand je dis en Afrique, c’est au Cameroun. C’est dire toute l’importance des rencontres comme celle du Club Afrique développement.

Propos recueillis par

Emile E. N koa

Partager

Read Previous

Droits de l’enfant : 33 % des enfants n’ont pas un acte de naissance

Read Next

Différend : Brouille Camrail/Sitrafer, la mise au point

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *