Jean Marie Dimbélé : « Bertoua vous attend, créateurs de richesse »

M. Jean Marie Dimbélé, maire de la ville de Bertoua.

Le maire de la ville de Bertoua livre ici les avantages qui existent et qui pourraient permettre à tous les patrons d’entreprises du privé comme du public à jeter leur dévolu à l’Est Cameroun.

Parlez-nous un peu de vos ambitions à la tête de la mairie de la ville de Bertoua…

Bertoua est une ville qui est entrain de se moderniser, c’est une ville qui est entrain de grandir. Et notre vison c’est de faire de Bertoua une ville futuriste, une ville émergente. C’est pour cette raison que nous voulons qu’il y ait à Bertoua des installations  modernes et d’envergure qui vont faire de cette ville qu’elle soit moderne. Cela dit, nous sommes venus signer une convention avec le Groupe Spar, un groupe qui excelle dans les supermarchés de grande envergure. Nous voulons que Spar vienne s’installer à Bertoua pour accompagner cette ville. Parce que Spar, c’est unee structure qui est connue mondialement. Et comme Bertoua se veut comme une ville moderne, nous voulons que groupe vienne chez nous. Par-là, Spar va désservir la sous-région c’est-à-dire Bertoua, Batouri, les autres pays comme la Centrafrique, le Tchad, le Nord du Congo.

Lorsqu’on parle de l’économie et du développement d’une contrée, ceux qui veulent investir regardent certains paramètres à l’instar des routes, l’accès à la terre. Qu’en est-il du cas de Bertoua ?

Je vais commencer par la terre, vous savez que la Région de l’Est , c’est le quart de la superficie du Cameroun (près de un million de mètre carré, ndlr), vous comprenez que par rapport aux terres, il y en a suffisamment à Bertoua, à l’Est. Maintenant par rapport aux routes, vous êtes d’accord avec moi que toute la voirie urbaine de Bertoua a été réhabilitée sur à peu près 20 Km. Et pour arriver à Bertoua, il y a du goudron. Pour aller vers les pays voisins, c’est sur du goudron. Donc je crois qu’on a pas de problème par rapport aux routes et aux terres à l’Est.

Maintenant il y a un autre aspect capital aussi, c’est l’énergie. Ceux qui sont à Douala sont habitués aux délestages et les entreprises recourent beaucoup aux groupes électrogènes ce qui a un coût sur les dépenses fixes desdites entreprises. C’est quoi la situation de l’électricité dans votre localité ?

C’est vrai que la Région de l’Est a un déficit énergétique. Mais je crois que dans un an ce problème sera résolu. Nous avons une usine de pied au barrage de Lompangar qui est en construction, et sera en activité d’ici la fin d’année. Nous avons la connexion au réseau Sud qui arrive. Cela veut dire que d’ici un an, l’Est sera desservi en énergie électrique et nous n’aurons plus des problèmes de coupures ou de baisse de tension ou bien de délestages. Ce sont des conditions sur lesquelles nous ne badinons pas pour que les industries viennent s’installer.

Justement il y en a qui pensent que pour mieux développer une contrée, il faut du commerce à l’instar de Spar que vous voulez ardemment voir installé à Bertoua, mais il y aussi les industries diverses qui le font avec autorité. Que dites-vous aux investisseurs industriels ?

Je demande aux investisseurs industriels de venir à Bertoua. Je les attends à Bertoua. Venez investir à Bertoua, chers industriels, vous ne serez pas déçus. Il n’y a plus de raisons pour que vous ne veniez pas. Il y a tout ce qui peut concourir à votre développement et à notre développement mutuel. Bertoua vous attend, créateurs de richesse.

Et aux jeunes de Bertoua qui restent convaincus que l’herbe est plus verte à Douala, Kribi, Yaoundé ?

D’ici peu Bertoua sera la nouvelle destination de ce pays. Les industries ne peuvent pas développer leurs matières premières en ville, pour celles qui font dans l’agro-industrie par exemple et donc, cela ne peut que se faire dans des Régions comme l’Est. Il y a donc beaucoup d’opportunités, beaucoup de potentialités. Je trouve que c’est à Bertoua qu’il faut venir, qu’il faut rester car dans les grandes villes il n’y a plus de possibilités. À Bertoua il y a de l’espace, des opportunités. J’insiste là-dessus, nous attendons des investisseurs industriels et tous les créateurs de richesse à Bertoua. Nous sommes ouverts de mettre la ville au vert, nous voulons nous développer.

 Propos recueillis par Aloys Onana

Partager

Read Previous

Management : pour un rapprochement avec ses membres, le Gicam se rend chez Wisdom International

Read Next

Rakesh Panjabi : « SPAR est décidé à contribuer au développement économique du Cameroun »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *