Investissements : douze mois après avoir levé 100 milliards de FCFA auprès des banques camerounaises, ENEO dresse le bilan des actions menées

Des poteaux en béton, un lourd investissement.

Le 31 décembre 2020, le concessionnaire du service public de l’électricité The Energy of Cameroon (Eneo) levait 100 milliards de FCFA auprès de huit banques locales. Presque douze mois après cette levée de fonds qui avait une visée précise notamment l’amélioration du service, l’entreprise passe au crible ce qui a été entrepris.

De cet examen, des sources officielles soulignent qu’au cours de l’année  qui s’achève, « à la  faveur de la  mobilisation de 100 milliards  de francs CFA sur le  marché bancaire local,  Eneo a  accéléré  la  mise  en  œuvre  de  son  plan  d’investissement  engendrant  un  impact  positif  sur  l’expérience  client  en  terme  de continuité  du  service  (+  18  %  par  rapport  à  2020). » En clair, les fonds levés ont permis de déployer une forte quantité d’actions qui ont contribué à une  baisse  de  18  %  de  la  durée  des  coupures  par  rapport  à l’année  2020.  L’entreprise note également une  baisse  de  16  %  de  la  fréquence  des  coupures. « Ceci  souligne  un  renforcement  progressif  des  actions  sur  le réseau  depuis  mars-avril  qui  auront  constitué  les  mois  les  plus  difficiles  de  l’année  2021  avec  une  qualité  de  service  en  creux. »

Dans le détail des investissements consentis, apparaissent la mise à jour des poteaux. 85  mille de ces équipements   ont déjà été remplacés de manière globale sur  les  90 mille projetés  dans l’intervalle  2021  et  2022. Par ailleurs,  plus  de  1313 Km de  lignes  ont été nettoyées  profondément  au  bulldozer,  la  construction  de  25 Km de nouvelles lignes de distribution dans les différentes régions, la poursuite des travaux de rallongement de la durée de vie dans les grands aménagements hydroélectriques, la mise en œuvre des plans de maintenance des usines de production thermiques, la  mise  en  œuvre  des  actions  clés  de  renforcement  du  réseau  de  distribution, entre autres constituent le paquet des actions entreprises.

« Pour 2020 et 2021, l’objectif  était de faire  90 000 poteaux bois remplacés  par un mix bois neuf-béton et métallique. En 2020, Eneo a  remplacé  34  000.  En  2021,  le  programme  s’est  accéléré  et  à  fin  septembre  2021  nous  enregistrions  déjà  83  000  poteaux remplacés.  Avec  une  moyenne  mensuelle  de  5000  par  mois  en  2021,  Eneo  projette  une  performance  de  plus  de  90  000  à  la  fin d’année 2021 », souligne-t-on. Dans le volet relatif à la production, l’entreprise revendique la mise à disposition de 70 % de l’énergie servie aux ménages et aux entreprises camerounais, les 30 % restant  étant produits par des producteurs indépendant et la centrale de Memve’ele qu’exploite Electricity developpement corporation (EDC).

CAN

La Coupe d’Afrique des nations (CAN) se jouera en janvier 2022. Eneo n’est pas étrangère à cette compétition, même si les stades en l’occurrence disposent des groupes électrogènes pour leur alimentation.  Au stade de Japoma par exemple, un transformateur de 630 KVA y installé, deux lignes de secours sont prêtes à assurer en permanence la disponibilité de la tension au niveau de ce poste et garantir l’alimentation des parkings, tout comme la population riveraine est desservie.

Parkings au stade de Japoma.

« La CAN, il ne s’agit pas seulement des stades où les matchs vont se jouer, mais également de la population globale. La fête se fera partout dans le pays. Nous avons déjà commencé par les populations, nous allons continuer pour que tout le monde se sente à l’aise pendant la CAN », explique Jean Marie Zapfack, expert en réseau distribution chez Eneo. A l’en croire, des hôpitaux – à l’instar de l’hôpital général de Douala, La Quintinie, Gynéco obstétrique) bénéficient d’une attention particulière, tout comme les hôtels impliqués à cette organisation ainsi que les grands quartiers résidentiels. Ici, en cas d’incident, l’énergie sera revenue en moins de deux minutes, assure cet expert.

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Cameroon Business Forum : thème général et enjeux de la 12e édition qui s’ouvre le 15 décembre prochain

Read Next

Jacques Jonathan NYEMB : « Nous voulons une refonte pure et simple du CBF »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More

Read More