Infrastructures : le port autonome de Douala se construit une clôture de plus de 20 Km

Le projet prend de plus en plus corps et vise à sécuriser l’enceinte portuaire afin de mieux contrôler les accès. Engagé depuis le 13 avril 2018, le projet de Sécurisation Physique du Périmètre et le Contrôle des accès du Port de Douala-Bonabéri qui ne relève plus de l’utopie, participera à changer en profondeur la physionomie du combinat portuaire. Les travaux, réalisés par l’entreprise Portsec S.A. avancent dans de meilleures conditions.

Le processus de modernisation et d’arrimage aux standards internationaux du port de Douala-Bonabéri est désormais irréversible. Les travaux relatifs à ce projet se rapportent à la reconstitution, la formation et la mise en marche du Corps de Sécurité et de Sûreté portuaire déjà actif au Port.

 Il est davantage question de la sécurisation du périmètre externe et interne du port de Douala, par la construction d’une clôture physique sur le périmètre de tout le domaine portuaire de Douala-Bonabéri, que ce soit en zone amont ou en zone aval.

 Dans les faits, il s’agira de la construction des de clôtures internes pour circonscrire les différents secteurs d’activités dans les zones sous douane, des installations de vidéosurveillances et de l’éclairage LED des clôtures; de la construction d’une piste de sécurité le long de la clôture périmétrique pour intervention rapide du corps de Sûreté et de Sécurité portuaire; de la fourniture et la pose des portails principaux (clôture périmétrique)et secondaires (clôtures sectorielles), ainsi que des barrières automatiques ; de la fourniture et la pose des portails pour trains assortis aux barrières automatiques sur les différentes emprises des passages à niveau. Il s’agira aussi de la construction et l’équipement d’un bâtiment administratif pour le corps de Sûreté et de Sécurité portuaire; de la mise en place d’un système d’information et de gestion du trafic des navires (Vtmis); de la construction et de la mise en service des ponts bascules au voisinage des différentes entrées et sorties du Port de Douala. La fourniture, l’installation et la mise en service d’un réseau d’éclairage public solaire autonome par lampes LED dans l’ensemble des zones portuaires amont et aval font également partie de ce projet qui n’exclut pas l’installation et la mise en service d’un scanner mobile embarqué sur véhicule; la conception et la réalisation d’une vidéo 3D présentant le projet de sécurisation dans sa globalité et sa fonctionnalité.

L’on pourra aussi procéder à des simulations des contrôles des accès des véhicules et des usagers; aux contrôles et à la détection à partir de scanner mobile ou de la vidéosurveillance depuis la salle de contrôle, etc.

en somme et une fois les travaux livrés, le Port de Douala-Bonabéri sera physiquement sécurisé grâce à la construction et la réhabilitation de plus de 20 kilomètres de clôture éclairée et protégée par vidéosurveillance. En somme, la modernisation dont il est question englobera aussi l’installation des guérites équipées, des barrières automatiques, de ponts bascules statiques et dynamiques en ligne pour la pesée systématique des véhicules lourds et conteneurisés, des portes avec tourniquets pour accès des piétons. Lesquels, pour y avoir accès, devront se soumettre à une reconnaissance biométrique ou par la présentation d’un badge spécifique.

De l’organisation interne, et pour une facilitation de l’orientation dans les dédalles portuaires, il est envisagé une subdivision en zones spécialisées confinées dans des barrières sectorielles sécurisées où les accès seront réservés aux véhicules et aux personnes habilités pour des raisons essentiellement de service.

En somme, la finalité au-delà de l’inscription aux standards internationaux en la matière, visera à rendre davantage compétitif le port de Douala Bonabéri. Les choses ne seront donc plus comme avant. Avis à tous.

Roger Powell Messasa

Partager

Read Previous

Immigration : l’urgence de passer du transfert des fonds au transfert des compétences

Read Next

James Mouangue Kobila : tout savoir sur le nouveau président de la Commission des Droits de l’homme du Cameroun

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *