Infrastructures : 500 milliards de FCFA pour la construction des logements sociaux à Douala

L’initiative est de Jean Marie Baone, un acteur économique qui veut voir sortir de terre 10.024 ménages au lieudit Bwang Bakoko, une banlieue à la sortie Est de la capitale économique du Cameroun. Des fonds, souffle une gorge profonde, sont irlandais.

 D’autres acteurs importants locaux sont entrés dans cette initiative privée qui s’étend sur 531 hectares. « Ça fait 15 ans que je travaille sur ce dossier et ce n’est pas facile. Nous voulons créer de nouvelles villes dans la ville de Douala, nos populations en ont besoin. C’est pour cela qu’il faut trouver des partenaires appropriés. Nous avons donc pris à nos côtés Matgenie (Parc national de matériel de génie civil) qui est capable.  Une structure qui a des moyens de pouvoir travailler dans des environnements pareils, parce que nous habitons en bordure des eaux », explique le promoteur de cette infrastructure présentée le 17 juin 2021 aux responsables du ministère de la Ville et de l’habitat.

Les travaux vont se dérouler en deux phases. Le Matgenie prendra un an pour faire l’aménagement général, qui consistera à relever le niveau général du site d’à peu près un mètre et demi. Cette entreprise publique indique qu’il faudra en moyenne 10 millions de m3  de sable pour l’exécution de ces travaux. « Nous allons  pomper ce sable à partir du fleuve Dibamba. Nous avons déjà fait des recherches pour pouvoir identifier les gisements qu’il y a là-bas.  C’est la tâche la plus importante », souligne Désiré Ntang Abogo, directeur général du Matgenie.

De son côté, « j’ai obtenu auprès des autorités gouvernementales une dérogation spéciale pour travailler de concert avec  ce qui était autrefois appelée la communauté urbaine  et c’est ce que nous faisons. Je vous rassure, parce que je suis patriote, parce que j’aime mon pays, que je mets ces moyens avec mes partenaires pour parvenir à répondre aux attentes de nos populations », déclare le promoteur.

La seconde phase des travaux durera six ans.  Ce qui permettra d’ériger des logements sociaux, des centres de santé, un centre administratif, un port de plaisance, un pool d’excellence pour des grandes écoles, un centre de gestion de déchets, un musée des arts et de la culture camerounais ainsi qu’une bonne gamme de toutes ces infrastructures qui vont donner naissance à une ville nouvelle à Bwang Bakoko.

Aloys ONANA

Partager

Read Previous

Encadrement : La fondation du milliardaire Tony Elumelu boucle la formation de près de 6 000 jeunes entrepreneurs camerounais

Read Next

Port autonome de Kribi : 30 milliards de FCFA injectés pour l’accès à l’eau potable sur l’ensemble de l’espace portuaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More