Industrie du ciment : cri à l’unisson, prix à reculons ?

Le secteur de l’industrie de la cimenterie connaît un essor remarquable depuis bientôt une décennie au Cameroun.

La demande en ciment au Cameroun a crû de façon exponentielle, à cause d’une augmentation des projets de construction particuliers et étatiques. Tout bénef pour les nombreux cimentiers présents sur le marché national.
Ce secteur d’activité a vu naître de nouvelles entreprises après plus d’une cinquantaine d’années de monopole du géant Cimenteries du Cameroun (Cimrncam), filiale locale du groupe Lafarge-Holcim-Maroc Afrique (LHMA).

 Le Nigérian Dangote ; le Turc Eren Holding,  qui contrôle le capital de Medcem Cameroun, le Marocain Cimaf et le tout dernier  MIRA Co sont venus rehausser la production nationale.


Ces opérateurs ont non seulement plutôt bien réussi leur intégration dans le marché,  et depuis quelques temps affichent clairement leurs ambitions d’expansion. Tout cela  est très révélateur de la bonne santé de la filière.

 Une filière dont la production est  passée de 1,6 millions de tonnes avant 2014 à plus de 7 millions de tonnes actuellement. Dans le souci de pouvoir satisfaire la demande qui se fait de plus en plus grande, et  surtout dans le but de travailler de manière harmonieuse, les responsables de ces différentes structures se sont réunis et ont créé l’Association des Producteurs de Ciment du Cameroun (APCC).

Ce ne fût pas aisé de pouvoir mettre sur pied ce regroupement du fait du grand retard accusé dans la recherche d’un terrain d’entente  lié au bon fonctionnement de l’association.

L’objet de l’APCC est de représenter et  de promouvoir les intérêts communs de ses membres, notamment dans les  discussions et négociations avec les autorités diverses en vue de trouver des  solutions aux problèmes de tous ordres du secteur. L’autre objectif est de veiller  aux intérêts matériels et moraux de la Profession et de ses Membres.

Nous apprenons de bonne source que c’est récemment que le ministère de l’Administration territoriale (MINAT) a signé l’acte  autorisant l’existence de l’APCC. Cette association regroupant les quatre premiers  cimentiers arrivés au Cameroun à savoir : CIMENCAM, CIMAF, DANGOTE, et MEDCEM a tout d’abord eu son siège social dans les locaux de CIMENCAM et comme  président, M. Benoît GALICHET.

Depuis le 11 décembre 2020, le siège social de cette association se trouve désormais à DANGOTE CEMENT CAMEROON S.A  et donc, le Directeur General M. Bertrand MBOUCK est devenu le Président du conseil d’administration de l’APCC.

En ce moment, le ciment est quelque peu rare sur le marché et certains craignent une  hausse drastique des prix ; il est à espérer que ce regroupement des cimentiers du  Cameroun œuvre dans le sens des attentes des Camerounais à savoir, du ciment en  abondance à vil prix.

Hervé Perkins Moukouri (CP)

Partager

Read Previous

Relance économique : Ces questions urgentes qui attendent les ministres de l’Économie et des Finances de la CEMAC en session extraordinaire à Douala

Read Next

Gestion publique : priorités et prévisions du budget de 2022 à 2024

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More

Read More