Guichet de performance : 30 communes primées à Yaoundé

C’était vendredi  8 novembre. Des  récompenses  qui  rentrent  dans  le cadre  de  la  3e   édition  du Guichet performance, une plate forme visant à doper le rendu des collectivités territoriales décentralisées ainsi que leur attachement à la transparence et à la compétitivité. La cérémonie  était  présidée  par Alamine  Ousmane  Mey,ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire, (Minepat),  en  présence  entre autres  de  Louis  Paul  Motaze ministre des Finances, le gouverneur  de  la  Région  du Centre,  Nasiri  Paul  Bea  ainsi que  du  directeur  des  opérations  de  la  Banque  mondiale Abdoulaye Seek.

 Pour cette édition, la commune  de  Bascheo,  dans  le Nord, récolte le meilleur score national, avec 92 points sur 100. Le programme a connu la participation  des  344  communes sur les 360 collectivités décentralisées.  Un  montant global  de  1.250  milliards  de FCFA a été distribué aux communes qui se sont distinguées dans  la  gestion  budgétaire  et comptable, la gouvernance et la transparence, ainsi que l’appropriation  de  la  démarche  du programme national de développement  participatif (PNDP).

 A cet effet, 20 magistrats communaux ont reçu chacun 50 millions FCFA pour la prime de performance et 10 ont reçu 25 millions pour la prime de  progressivité  du  Guichet performance. Des  récompenses  qui  permettront aux édiles d’améliorer les conditions de vie de leur circonscription communale. Dans la  Région  de  l’Adamaoua,  la commune  de  N’Gaoundéré 2e,  décroche la palme d’or de performance avec une note de 85  points  sur  100.    «  Nous sommes très content d’avoir gagné ce premier prix. Nous faisons de notre  mieux  pour  l’amélioration de condition de vie de nos populations », indique Idrissou Abana, maire  de  ladite municipalité.Les fonds de cette commune seront orientés dans les travaux routiers.

Ousmanou Aman, maire de la commune de Pitoa  a une fois de plus reçu la prime de performance  comme  aux  deux  dernières  éditions  notamment celle de 2017 et 2018.  « Pour développer  une  localité,  il  faut éduquer les enfants, et leur donner les conditions d’éducation acceptable.  C’est  pourquoi,  lors  des deux premières éditions, je me suis permis de faire une salle de classe bien équipée avec les latrines. Je vais demander au conseil de m’autoriser  à  construire  avec  ces  50 millions  trois  blocs  de  salles  de classe  équipées », annonce, heureux,  Ousmanou  Aman.

Roger Powell Messasa

Partager

Read Previous

Législatives et municipales : Aux urnes le 9 février 2020

Read Next

ZE BELINGA : « La fin du franc CFA est inéluctable »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *