Géostratégie : des experts en armement, sécurité et questions militaires passent au crible l’armée tchadienne

De gauche à droite, Colonel Michel Goya, Dr Niagalé Bagayoko,Général Dominique Trinquand.

C’est le 18 avril 2021 que le président Idriss Deby Itno a été arraché à la vie. De manière brutale. « Au front », de sources officielles. Des experts en armement, sécurité et questions militaires ont confié le 18 mai 2021 à Triptyque, disponible sur YouTube  leurs avis sur l’armée du Tchad. Très souvent présentée comme guerrière, et alliée de la France.

L’armée tchadienne a justement joué un rôle non oubliable dans la lutte contre Boko Haram entre ses propres frontières, le Cameroun et le Nigeria. Tout comme son évocation donne des sueurs froides aux groupes rebelles. Ce qui lui vaut une attention particulière de la France, engagée dans cette lutte et bien d’autres sur le continent. De nombreuses raisons concourent d’ailleurs à cet attachement. « Le Tchad est un allié important de la France depuis longtemps, elle y est présente militairement depuis quasiment l’indépendance du pays, c’est l’endroit où les soldats français sont le plus tombés au combat depuis 50 ans. Et c’est un allié important d’abord géographiquement – sa position géopolitique – c’est aussi parce que c’est un des rares pays africains qui est capable de mener des opérations extérieures, de projeter des forces dans les pays aux alentours et donc, c’est vraiment important pour la France dans la lutte contre le djihadisme », analyse Michel Goya, Spécialiste de la guerre moderne, de l’innovation militaire et du comportement au combat, Colonel des troupes marines.

La combativité de l’armée tchadienne est reconnue par des sommités des questions militaires. Qui saluent sa bravoure à nulle autre pareille. Sa pugnacité à toute épreuve, sa puissance de feu.

Une image quasi respectable et honorable qui trouve malheureusement un décor qui, telle une bouche édentée pour un beau visage, déshonore cette armée. « J’introduirais une nuance, fait remarquer Dr Niagalé Bagayoko, présidente du réseau Africain Security sector network, qui poursuit. Le rôle du Tchad sur son territoire dans la lutte contre les groupes issus de Boko Haram, l’Etat islamique, évidemment a un engagement absolument majeur depuis plusieurs années. Sur le flanc du sahel central, l’engagement tchadien a été déterminent notamment aux côtés des forces de l’opération Serval en 2013 », reconnaît-elle.

La suite, « Idriss Deby était un grand guerrier, un grand chef militaire, mais on oublie souvent de dire que c’était un grand stratège, un très fin politique qui en réalité a mené une politique de l’arlésienne pendant des années en faisant miroiter le déploiement de ce fameux 8e bataillon tchadien qu’on a attendu vraiment très longtemps alors qu’Idriss Deby lui-même avait toujours tenu un discours extrêmement dur vis-à-vis de ses partenaires occidentaux en les rendant très clairement responsables de la déstabilisation du sahel en raison de l’intervention en Libye », martèle cet experte.

A l’en croire, l’arrivée de ce bataillon aura été une source de problèmes au Niger. « Le fameux 8e bataillon tchadien est arrivé en mars 2021 seulement dans la région du Tera au Niger, il s’est avant tout illustré non pas par ses performances opérationnelles, mais par le comportement de certains de ses soldats qui ont violé des civils notamment une petite fille de 11 ans, des femmes enceintes sous les yeux de leur mari, et l’une des faiblesses du Tchad est en réalité qu’il s’agit d’une armée de guerriers mais s’agit-il d’une armée de soldats capables de respecter les règles professionnelles sur le terrain ? A mon avis cela fait en réalité un allié très fragile de la France dans son engagement au Sahel. »

Chassée de RCA par deux fois

Il s’agit là, rappelle Michel Goya, d’une situation qui est  arrivée de manière « très surprenante », « soudaine », ce qui remet actuellement en cause cette armée. L’indiscipline de l’armée tchadienne est entrain de se renforcer dans du marbre. « Les troupes tchadiennes se sont fait virées deux fois de Centrafrique pour leur comportement effectivement, ça c’est le côté embarrassant de l’alliance française. Les français ont besoin du Tchad mais pour défendre le régime face à des mouvements de rebellions internes, à plusieurs reprises, cela a impliqué effectivement d’être avec les forces elles-mêmes performantes, efficaces contre les djihadistes mais qui peuvent être désastreuses par de nombres autres aspects », insiste ce spécialiste de la guerre moderne, de l’innovation militaire et du comportement au combat, Colonel des troupes marines. Il évoque par là, la présence des troupes de la Monusca en RCA.

Une armée « efficace », mais indisciplinée. « Les points que vient donner Niagalé sur les capacités guerrières des Zagawa globalement  qui sont de remarquables guerriers, on l’a vu, ce qu’ils ont fait à côté de l’opération Serval, ils sont de remarquables guerriers, mais avec un côté d’absence de discipline et de régulation du guerrier qui devient un soldat, qui est une évidence », déplore Général Dominique Trinquand, Ancien chef  de la mission militaire française auprès de l’ONU.

De nombreuses questions sont d’actualité au Tchad. Il y a un nouveau management au pouvoir suprême. A côté, il y a l’indiscipline pointée du doigt, il y a des rivalités internes qui, selon des experts sont en partie responsables de la mort de Idriss Deby Itno, la question du djihadisme est prégnante. Et donc, « la préoccupation majeure, c’est la situation interne du Tchad. Le risque majeur c’est le risque de déstabilisation interne, c’est-à-dire si cette transition politique se fait relativement calme, il y a un processus qui se met en place, il est possible aussi d’avoir un basculement de la situation un peu plus chaotique et là, ça poserait beaucoup de problèmes concrets pour la France. Il faut regarder de très près ce qui va se passer au Tchad  dans les mois à venir », observe Michel Goya.

Aloys ONANA

Partager

Read Previous

Coopération : le Cameroun signe un accord de principe pour le passage sur son territoire des minerais issus de Avima Nabéba

Read Next

Financement : UBA Cameroon accorde un prêt de 2,08 milliards de FCFA au l’Université de Douala

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More