Fret terrestre : le BGFT digitalise le corridor pour fluidifier le transport des marchandises

El Hadj Oumarou, Coordonnateur général du BGFT

Les pays voisins actifs sur le corridor Douala-Ndjamena invités à l’adopter, afin que le souhait des  chefs d’Etat de la sous-région Afrique centrale concerne ce domaine.

Le Coordonnateur général du Bureau national du fret terrestre (BGFT) El Hadj Oumarou veut voir plus de fluidité sur le traitement des marchandises transportées à bord des camions partant de Douala pour les pays de l’hinterland. Et sa conviction, seul le numérique peut donner un vrai coup d’accélérateur pour la célérité dans l’envoi, l’analyse, le traitement, l’acheminement des différents dossiers.  « Aujourd’hui, l’heure est à la dématérialisation des procédures, et puis, l’intégration sous régionale commande que nous nous arrimions à la vision de nos chefs d’Etat. Je pense que dans le domaine des transports, nous avions déjà commencé cela, amorcer cette intégration sous régionale, par le truchement de ces transporteurs qui vont et viennent dans ces différents pays sans heurts. Nous nous réjouissons que sur le plan macro économique, nos chefs d’Etat font montre d’une certaine maitrise de leur sujet et ils nous ont encore donné d’autres orientations. C’est pour ces raisons que nous commençons à balayer devant notre propre porte pour que nous puissions être plus performants », explique la voix la plus autorisée du BGFT.

Son engagement à voir une réelle évolution tant dans la dématérialisation des procédures que dans la numérisation du système de transport terrestre sur le corridor Douala-Ndjaména, Douala-Bangui tient par ailleurs sur une observation d’une voix forte qui passe au crible l’économie mondiale. « Le Doing business a attiré notre attention là-dessus, sur la nécessité de fluidifier nos corridors. Nous pensons que nous devons d’abord jouer notre partition avant de demander aux autres de jouer la leur. Nous comptons sur le Tchad, nous comptons sur les différentes mesures, qu’on prises les gouvernements tchadien et camerounais pour que tout ce que nous avons connu en 2019 soit derrière nous et que prochainement nous essayons de nous professionnaliser pour nous départir de l’amateurisme qui nous a tant caractérisés. »

C’est ainsi que SigFret est né. Le BGFT l’a présenté au Tchad en l’occurrence. Le système est accessible via www.smart-bgft.cm/sigfret. En exploitation sur tout le corridor, il connait une interconnexion avec le guichet unique des opérations du commerce extérieur  et promet la rapidité, la transparence, la sécurisation des recettes, sans oublier de donner des statistiques plus complètes du fret. 

Le challenge du BGFT est donc d’emmener tous les acteurs du corridor à l’adopter, du BNFT – la structure tchadienne en charge du fret terrestre – à sa consœur centrafricaine BARC, en charge du même cahier de charges. « Au Tchad le secteur des transports est un secteur libéral donc, pour le moment, nous allons transmettre les doléances et envoyer des réponses. En ce qui concerne la dématérialisation, le Tchad va emboiter le pas au BGFT qui a déjà un système d’information fiable. Nous l’avons vu ensemble. C’est un système qui est transparent, génère des recettes. Nous avons un projet similaire », souligne Mahamat Abdelkerim Bagari, directeur général du BNFT.

 « Avec nos amis camerounais, les marchandises seront plus sécurisées grâce à ce système mis en place par le BGFT. Nous, transporteurs tchadiens avons trouvé satisfaction séance tenante. Il y a la lenteur en ce qui concerne la délivrance des documents, des procédures au niveau du port et au niveau de la mise à disposition de l’information en temps réel sur l’arrivée de la marchandise. Je pense que tout sera réglé », confie Abakar Daoud Adoum, président tchadien de l’Observatoire contre les mauvaises pratiques  sur les corridors nationaux.

Albright Fandono

Partager

Read Previous

Crise anglophone : le chiffre d’affaires des entreprises du Nord-Ouest et Sud-ouest en baisse selon la direction générale des impôts

Read Next

Terminal à conteneurs : Biya noie Macron dans le Wouri

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *