Fréderic Didier Mvondo : « Développer l’énergie solaire au Nord est possible »

M. Frédéric Didier Mvondo.

Pour le directeur général de Globeleq Cameroon, un manager très respecté dans l’industrie énergétique dans le monde, le Nord Cameroun peut à jamais oublier ses difficultés d’accès à l’électricité, à condition que le gouvernement y mette fonds et allégements fiscaux.  

Les patrons se plaignent de l’énergie, vous avez un rôle important à jouer. Peut-on avoir une idée de ce qui est fait à votre niveau pour que le réseau interconnecté Sud soit alimenté, fourni à temps plein ?

Merci pour cette opportunité. Je précise d’abord que je parle pour le Groupe Globeleq qui est constitué de centrales à fioul de Dibamba (86 Mégawat) et la centrale à gaz de Kribi (216 mégawat). Notre première responsabilité est celle d’approvisionner le réseau d’une énergie sûre, c’est-à-dire la disponibilité de nos centrales est garantie à plus de 90 % tout au long de l’année. A l’heure où je vous parle, Dibamba c’est 96 % et Kribi autour de 90 %. Avec cette capacité nous apportons au secteur de l’électricité 20 % de l’énergie consommée, donc c’est une responsabilité essentielle. Mais ce qui a été discuté (le 22 juillet 2021 entre le ministre de l’Eau et de l’énergie à Douala, Ndlr), c’était surtout le dispatch, c’est-à-dire, bien que nous soyons disponible, comment faire pour apporter dans chaque ménage, à chaque industriel, l’énergie quand il en a besoin.  Et donc la question est de savoir, lorsqu’on constate par exemple que le soir, les besoins sont très importants, la question est donc de savoir, est-ce qu’il peut y avoir les déplacements de consommation pour certains industriels, qui consomment plus dans la journée où les gens ne sont pas chez eux et se fassent un peu plus sont chez eux le soir, comme ça il y aura de l’énergie tout au long de la journée pour tout le monde. Cela fait partie des moyens. Il y a également des investissements. Nous le Groupe Globeleq sommes disposés à investir davantage au Cameroun pour plus de production. Notons par exemple que le Nord du Cameroun a un vrai problème en ce moment. Mais il y a une possibilité du développement du solaire, j’allais dire, sans limite. Des incitations fiscales peuvent être mises en place par le gouvernement pour inviter les investisseurs à aller rapidement vers les solutions renouvelables qui peuvent permettre de combler le déficit énergétique que nous voyons aujourd’hui. Nous avons des projets et nous comptons en discuter avec le gouvernement.

On sait justement qu’au Nord il y a des opportunités dans le solaire puisque sur 12 mois il y a 8 mois de soleil, sauf que surgit le problème de l’accès à la terre pour ce type d’investissement…

Il y a des incitations fiscales que j’ai évoquées, il y a aussi des accompagnements divers. Au niveau du foncier, lorsque vous allez déployer une centrale solaire, vous avez besoin du terrain sur plusieurs hectares. La facilitation à la mise à disposition des terres, la facilitation à la sécurisation de ces terres dans le cadre du déploiement de projets solaires est essentiel. Je pense que cet accompagnement du gouvernement est nécessaire. Les projets d’électricité sont ce qu’on appelle ‘’capital intensive’’, il faut beaucoup d’argent et donc les garanties quelque part de l’Etat par rapport à ces investissements sont nécessaires et l’Etat qui a commencé avec les centrales que nous avons construites dans le RIS (Réseau interconnecté sud) ne doit pas reculer pour ces nouvelles centrales à construire dans le Nord.

Propos recueillis par Aloys ONANA     

Nous le Groupe Globeleq sommes disposés à investir davantage au Cameroun pour plus de production. Notons par exemple que le Nord du Cameroun a un vrai problème en ce moment. Mais il y a une possibilité du développement du solaire, j’allais dire, sans limite. Des incitations fiscales peuvent être mises en place par le gouvernement
Partager

Read Previous

Différend : Avima Iron met en garde les investisseurs qui envisagent de s’associer à Sangha Mining

Read Next

Appui : une convention signée entre la Chambre de commerce et le FAGACE

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More

Read More