Evaluation : les 100 jours du 4e adjoint au maire de Douala

Mme Marie Louise Adzogo, quatrième adjointe au maire de Douala

Trois mois après son arrivée aux côtés  du maire de la ville de Douala, arrêt est fait pour jauger ce qui a été fait et se projeter. Le challenge de cette économiste, accroître les recettes des marchés de Douala.

C’est depuis le mois de mars 2020 que l’exécutif en tête à la Communauté urbaine de Douala est en place. Parmi les plus proches collaborateurs de Roger Mbassa Ndine, le maire de la ville, se trouve Mme Marie Louise Adzogo, quatrième adjointe au maire de la capitale économique. En trois mois, certains faits sortent du lot. Tout d’abord rien ne s’est fait au hasard.

Le maire de la ville a tracé la ligne de conduite à suivre. Un cheminement qui relevait le renforcement de la transparence dans le fonctionnement des espaces marchands en combattant les trafics de toutes sortes,  l’instauration d’une  cogestion  dans  les  équipements  publics  marchands  entre  la ville et les commerçants, l’amélioration de l’hygiène, la salubrité et la sécurité au sein desdits équipements, la sécurisation  et  le renforcement  des  revenus  de  la  mairie  de  la  ville  issus  de  ces équipements.

Ça, c’est du côté du cahier de charges. Qu’est ce qui a été fait en trois mois ? Mme Louise Adzogo ressort l’élaboration  des  projets  de  divers  textes  règlementaires  (arrêtés municipaux). Ceux-ci doivent désormais  régir  la  gestion  des  équipements  publics marchands,  avec  un accent  mis sur  la concertation et  la participation active des divers acteurs, entre autres la mairie de la Ville et les commerçants en l’occurrence. En outre, ressortent l’élaboration  des  projets  d’autres  outils  /référentiels  de  travail  et  de gestion. La mise en place de la Direction par objectif 2020 (DPO 2020), l’élaboration des  jobs  descriptions  et  cahiers  de  charges  des  acteurs  clés  (Secrétaire technique, Comité de gestion, régisseur, régisseur  adjoint, percepteur, médiateur.

Douala étant une ville économique où le commerce est très présent, le quatrième adjoint a signé des conventions de partenariat public-privé, préparé des projets de nomination des régisseurs, des régisseurs adjoints et des percepteurs des équipements marchands. Résultat de course. « La  Ville  de  Douala  dispose  désormais  des  textes  règlementaires  et  d’autres référentiels de gestion qui garantissent pour tout citoyen intéressé, une  lisibilité, une  visibilité  et  une  prévisibilité  du  management  des  espaces  marchands,  de même que ces importants outils dépersonnalisent la gestion, limitant ce faisant les dynamiques de corruption, d’arnaque, de trafic d’influence e et de frustration des commerçants », explique Mme Marie Louise Adzogo.

D’autres actes ont été posés en ce peu de temps qui détermine la poigne, le caractère visionnaire ou non d’un manager. Dans la foulée donc, l’actualisation rapide de l’évaluation du potentiel des marchés, l’élection des représentants des commerçants dans le Comité de Gestion, la passation technique de service des régisseurs entrants et sortants, l’organisation  de  la  cérémonie  de  prise  de  service  des  régisseurs  entrants présidée par le maire de la ville, la conduite de nombreux dialogues et médiations ayant conduit au dénouement fructueux des litiges qui parfois datent de près de 10 ans, l’initiation  et  conduite  de  19  réunions  consultatives  avec  divers  acteurs intervenants dans les équipements marchands.

Ces faits ne sont pas dénués de résultats. Comme  la mobilisation des acteurs (commerçants et agents de la CUD  y intervenant) autour des objectifs de la nouvelle dynamique de gestion des espaces marchands qui « est en cours et va aller s’intensifiant. La paix et l’harmonie collaborative sont revenues dans certains marchés. »

Le quatrième adjoint n’oublie d’autres actions qui lui ont permis briller l’image de la CUD au plus loin. C’est le cas de sa présence comme représentante du maire de la ville au sein du  conseil d’administration de l’hôpital général de Douala, la représentation ‘’personnelle’’ du maire de la Ville de Douala aux obsèques du Contrôleur financier spécialisé de la mairie de la ville de Douala, la diligence/conduite  des  études  de  06  dossiers  d’offre  de partenariat/services côtés par le maire de la Ville. Le maire se dit déjà moulée à la fonction et envisage d’autres challenges, comme celui d’accroître les recettes que les marchés de la capitale économique versent à la Communauté urbaine de Douala.

A.O

Partager

Read Previous

Eclairage de l’affaire Global Witness et PPLAAF contre la RDC et Afriland First Bank CD en 8 points factuels

Read Next

Louis Ndzié : « Nous sommes capables de transformer ce pays »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *