Entrepreneuriat féminin : échange d’expérience entre femmes entrepreneures à impact

Laure Djoukam, Présidente de la Chambre de Commerce des Etats Unis au Cameroun (Amcham Cameroon) est consciente de la place qu’occupent les femmes entrepreneures dans une économie émergente. Ce qui justifie son appel. «Des analyses qui ont été faites montrent que les entreprises gérées par les femmes ont plus de succès que celles gérées par les hommes – je ne veux pas créer de rivalités entre les deux- mais généralement les femmes sont méthodiques, obtiennent plus de réalisations. A mon avis, il faudrait pouvoir supporter les deux. Si une femme est qualifiée, elle a l’expérience qu’il faut, les qualités qu’il faut pour gérer une entreprise, si elle a un plan d’affaire conséquent et qu’elle ferait du bénéfice, il faudrait l’accompagner, ce serait profitable même pour la banque ou l’organisation qui l’accompagne. » 

Quelques récipiendaires.

Du côté de Amcham Cameroon, l’urgence de voir la femme muscler sa présence dans divers pans de l’économie locale et même internationale passe par le partage d’expérience entre femmes débutantes et confirmées dans l’univers entrepreneurial. Ce qui s’est matérialisé à Douala le 15 mars au cours de la rencontre baptisée ‘’Women Empowerment Network 2022’’, le tout, sous le regard attentif des représentants de l’Ambassade des USA au Cameroun. « L’objectif de cette rencontre visait à encourager les dames à entreprendre, à réaliser leurs rêves, leurs objectifs, à montrer les femmes qui ont réussi grâce à la détermination, le travail acharné et qui ont de l’expérience pour pouvoir inspirer d’autres à atteindre leurs objectifs », explique Laure Djoukam.

La Présidente Laure Djoukam, Amcham.

Pour  Caroline Sack-Kendem, patronne de African women Entrepreneurs Program (AWEP), le leadership est le même et exige à tout entrepreneur indépendamment de son genre, des réalités qu’il faut impérativement respecter. Ghislaine Tessa, de Millenium Group, souligne que la passion, la discipline financière qu’individuelle, la confiance en soi entre autres doivent toujours être au rendez-vous, tout comme il faut être disposé à faire face à l’échec. « Vous devez échouer. Cela vous aidera à repérer vos failles, vos faiblesses. Cela dit, échouez, mais relevez-vous », pense-t-elle.

La femme et le mariage ne sont pas souvent éloignés. Que faire donc si, entrepreneure, elle a  conjoint qui ne supporte pas les déplacements de son épouse pour les voyages de son entreprise, les retours tardifs à la maison ? Que faire si on a un mari « macho » ? « Il faut déjà bien le choisir, minutieusement, si on est entrepreneure », indique Ghislaine Tessa. « A cela il faut communiquer avec lui. Beaucoup communiquer et le rassurer, se mettre à sa place et tout lui expliquer calmement », conseille Hélène Dengoué, patronne de Blessing petroleum.

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Financements : depuis 2008, la BVMAC a financé l’économie sous régionale à hauteur de 2500 milliards de FCFA

Read Next

Industrie extractive : 287 millions de FCFA pour lutter contre l’exploitation artisanale de l’or, diamant…

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More

Read More