Différends en entreprise : Le Centre d’arbitrage du Gicam change de nom et s’attribue de nouveaux défis

La médiation, capitale et moins couteuse que dans les tribunaux ordinaires

L’appellation sortante – le Centre d’arbitrage du Gicam (CAG) avait déjà pratiquement 21 ans derrière elle. Entre-temps, les différends en entreprise ou entre entreprises ont eu des grades. De nouveaux défis se sont donc imposés au CAG. Une mue s’imposait à son tour, ce d’autant plus que depuis 2017, suite à l’adoption des actes uniformes Ohada relatifs à l’arbitrage et à la médiation le 23 novembre de cette année-là, les textes du CAG à leur tour avaient subi un profond toilettage.

Un lavage qui a conduit le Groupement inter patronal  du Cameroun (Gicam) à changer l’appellation du CAG. En attendant la conférence du jeudi 7 novembre 2019 à 18h à Douala, l’on sait déjà que la nouvelle appellation est le Centre de médiation et d’arbitrage du Gicam (CMAG). Sur la forme donc, pas de grosse différence. Mais dans le fond, des changements majeurs. Lesquels ?  Les membres du Comité permanent du CMAG seront là pour amples explications. Parmi eux, Me Marie-Andrée Ngwe, Présidente, Bernard Beyoko,  Tatyana Eldin (directrice générale du PMUC), Pr. Henri Désiré Modi Koko Bebey, Côme Tienta. Le tout, sous la supervision de Célestin Tawamba, présdent du Gicam.

Entrée libre et gratuite, la conférence annoncée plus haut dévoilera en profondeur les missions du CMAG entre autres, l’arbitrage commercial et d’investissement, la médiation et l’intervention comme autorité de proposition ou de nomination en matière d’arbitrage ad hoc. En rappel, l’univers des entreprises au Cameroun n’est pas dépourvu de différends entre entreprises ou entre employés et entreprises. De l’affaire du « riz élastique » à l’affaire Nextell/Danpoullo en passant par l’affaire des yaourts  « contaminés » de Camlait sans oublier des licenciements dans certaines banques du fait de la digitalisation, le CMAG saura se pencher sur ce type de cas et donner satisfaction à tous les mis en cause.

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Développement : Tony Elumelu invite les créateurs de richesse du monde à investir dans les PME africaines

Read Next

LE MINDEF SE PORTE TRES BIEN

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *