Défense: MEDIAPART A TOUT FAUX SUR LE CAMEROUN


Le 19 septembre 2019, le media en ligne www.Mediapart.fr a publié un article accompagné d’une vidéo dans lesquels de graves accusations sont portées à l’encontre du Bataillon d’Intervention Rapide-BIR. Cette unité est en effet accusée d’employer contre les civils des moyens matériels d’origine française, ainsi que des techniques de contre-insurrection enseignées par des formateurs français, à l’exemple de celles utilisées en Indochine et plus tard, en Algérie. Le BIR est également accusé de disposer de chambres de tortures secrètes, à sa base de Salak à Maroua, dans la Région de l’Extrême-Nord.

Le fait que ces accusations portent sur une unité d’élite de nos Forces de Défense dont les faits d’armes sont réputés et admirés au-delà de la sous-région, traduit à souhait l’acharnement et le désarroi des pourfendeurs du Cameroun, visiblement désespérés de parvenir à l’instauration du chaos programmé dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en crise, régions dans lesquelles le niveau de violence va s’amenuisant, ce grâce au professionnalisme de nos Forces, dont le BIR. Il est à noter que le Cameroun est signataire de multiples Conventions internationales relatives au respect des Droits de l’Homme.

A ce titre, le Gouvernement de la République ne lésine sur aucun effort visant à équiper ses personnels des Forces de Défense et de Sécurité, des éléments cognitifs et matériels concourant au respect desdites dispositions pertinentes des susdites, qui ici, ont d’ailleurs force de loi. Les résultats de cette action sont du reste visibles, non seulement à travers les prestations des militaires sur le territoire national, mais également à travers la réputation des contingents camerounais engagés dans des opérations de paix à l’international. Au final, la nature partiale, partielle, puérile, subjective et émaillée d’allégations gratuites de ce reportage ne peut qu’être déplorée, les faits y incriminés étant de toute façon invraisemblables. Bien au contraire, cette initiative révèle au grand jour, les intentions malveillantes de quelques cercles d’influence, qui entendent faire feu de tout bois pour amener le Cameroun à se plier à leurs desiderata. En tout état de cause, Médiapart est loin de jouer caché pour le cas du Cameroun.


Colonel Cyrille Serge ATONFACK G.

Chef Division Communication / Ministère de la Défense

Partager

Read Previous

Banque : Le Marocain BCP finalise l’acquisition de 68,5% du capital de la Bicec

Read Next

Manipulation: MEDIAPART, ou le néocolonialisme en marche

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *