Débat: ces autres effets fâcheux du covid-19 analysés par le Gicam

Le siège du Gicam, à Douala.

C’est depuis le 7 mars 2020 que le Cameroun a eu sur son territoire l’arrivée de ce qui est désormais convenu d’appeler maladie du siècle. Très vite, l’on a d’abord passé en revue les conséquences économiques de cette pandémie qui, jusqu’à la rédaction de ces lignes, n’a pas encore dit son dernier mot.

S’il est admis que le tourisme, le transport, et de manière générale toute l’économie est froidement touchée par cette pandémie, le Groupement inter patronal  du Cameroun (Gicam) s’intéresse également à un autre volet de cette situation sanitaire : l’humain au sein des entreprises. Loin des chiffres financiers, il est question de passer au crible comment le covid-19 est vécu dans les entreprises. Ce qui a donné lieu à un débat le 28 avril 2021   au siège du tout premier patronat camerounais.

Au tour de la table en compagnie de la directrice exécutive du Gicam Alvine Mbono, Emilienne Biboum, présidente de la commission sociale emploi et acquisition des compétences du Gicam,  Thierry Kepeden, directeur général Axa Assurances,  Arlette Tchapoya, directrice générale SECA, Dr Bruno Tengang, pneumologue spécialiste, Dr Philippe Ngandeu, médécin du travail, Dr Elisabeth Fon, psychologue.

De ces échanges, l’on note une kyrielle de faits qui ont profondément affecté le milieu du travail. Dr Philippe Ngandeu pointe la sédentarisation, la dégradation du sommeil, la détérioration de l’hygiène alimentaire. La liste est bien longue et ressort le stress, les frustrations, la psychose, la stigmatisation.

Face à cette situation, des entreprises ont chacune adopté des mesures particulières. Le port des masques facials, l’installation des dispositifs de lavage des mains. Et là encore, des solutions et des maux. Notamment l’adoption du télé travail. Problème ? Les experts et chefs d’entreprises pointent l’insuffisance du matériel technique (énergie électrique, internet en l’occurrence), la rupture des liens sociaux…

Il a été donné des stratégies visant à renforcer la sécurité au sein des entreprises, et des mécanismes pour aider les patrons et les employés à faire face à pandémie qui est toujours d’actualité, au moment où la fête du travail édition 2021 pointe à l’horizon.  

Reine Kouna

Partager

Read Previous

Transport ferroviaire : dans le but de reprendre le transport des personnes, Camrail procède au test de son train express

Read Next

Formation emploi : des mécaniciens de Douala choisissent un Centre de formation étatique pour leur mise à niveau

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *