Coronavirus : arguments chocs du Pr. Didier Raoult contre la Banque mondiale

Pr. Didier Raoult rassure l’Afrique noire

Le médecin chercheur le plus célèbre actuellement explique ce qui pourrait permettre à l’Afrique subsaharienne de connaître moins de décès causés par le covid-19.

La Directrice générale de la Banque mondiale pour les politiques de développement et les partenariats, Mari Elka Pangestu dans une tribune le 9 avril 2020 ne passe pas par quatre chemins pour larguer le venin de la psychose en Afrique noire. « Pour les pays les plus pauvres cependant, le pire est à venir. Car ils sont profondément défavorisés pour affronter la crise : leurs systèmes sanitaires sont fragiles et leur accès à des fournitures médicales indispensables précaire, tandis que leur économie est moins résiliente aux chocs et fortement tributaire des échanges commerciaux. Les pays les plus pauvres risquent d’être bientôt touchés sur tous les fronts, et la catastrophe économique et sociale qui les frappera aura des effets qui se propageront dans l’ensemble du monde », prédit-elle.

Si on peut relativement accepter son analyse sur le plan économique, le côté sanitaire mérite de profondes réserves. Car dans une interview accordée le 9 avril 2020 au site d’informations sénégalais Emedia Invest, le Pr. Didier Raoult est revenu sur le développement du Covid19 en Afrique. Selon le directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée, l’Afrique sub-saharienne pourrait avoir une réaction différente à la propagation du virus grâce à son « écosystème ». Parmi les spécificités régionales, le professeur a cité la consommation courante de traitements antipaludiques. « On sait maintenant que ces médicaments sont efficaces », insiste cet homme en blouse blanche, désormais admiré par Emmanuel Macron. Evoquant la polémique sur la chloroquine, il pense qu’il s’agit d’une « cabale fantasque qui fait beaucoup rire nos amis africains ». « Dire que la chloroquine est un médicament dangereux n’est pas très sérieux, ni documenté. On en a tous bouffé quand on était gosse ! » Se souvient Didier Raoult. Le Cameroun est sur le point de produire la chloroquine, pendant que dans les ménages, la consommation des produits traditionnels aux vertus de la chloroquine semble avoir augmenté.

Aloys Bruno Onana

Partager

Read Previous

Covid-19 : le Cameroun se masque carrément

Read Next

Covid-19 : l’économiste Albert Zeufack suggère l’allègement de la dette

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *