Coopération : le think tank ‘’1Puissance 55’’ trouve que l’aide de L’Agence française de développement appauvrit plus l’Afrique

Dr Maurice Simo Djom, la figure de proue du think tank  ‘’ 1Puissance 55 ‘’ ne passe pas par quatre chemins pour remettre en cause ce qui, depuis 80 ans, est chantée et présentée comme ‘l’aide’’ au développement de l’Afrique, le tout sous l’égide de l’Agence française de développement (AFD).

« L’aide publique au développement est une arme de domination cognitive. Elle est un mécanisme permanent, structurel de ramollissement des cerveaux. Elle détruit la capacité des bénéficiaires à entreprendre, à essayer, à déployer leur droit à l’erreur. La colonisation usait d’arbitraire pour brider le corps du colonisé et occuper son espace territorial. Cette nouvelle configuration des rapports de force bride le cerveau en donnant l’illusion de la liberté et de l’indépendance. Derrière cette illusion, c’est l’imaginaire du récipiendaire qui est affectée, qui est programmée pour attendre la manne », tranche, e guise de conclusion, les auteurs d’un rapport de 9 pages publié le 9 décembre 2021.

Ce rapport paraît dans le contexte du 80e anniversaire de l’AFD célébré en ce mois de décembre 2021 et qui marque visiblement la transition de la notion de l’« aide » vers celle d’« investissement solidaire ».  De l’avis des rédacteurs de ce rapport publié le 8 décembre,  l’AFD,  qui gère l’aide publique au développement de la France, projette de changer de nom.

Par ailleurs, au moment où les stratèges de l’« aide» perçoivent la nécessité de rendre la pilule moins amère, le think tank 1Puissance55 ( www.1puissance55.com )recentre le débat et pose six questions centrales. Parmi ces préoccupations,  les prêts concessionnels et les prêts non concessionnels seront-ils toujours comptabilisés au titre de l’aide publique au développement ? Car en effet, constatent les rédacteurs du rapport, en 2020, pas moins de  87 % de l’aide accordée par l’AFD était constituée de prêts que les pays bénéficiaires rembourseront rubis sur ongle avec des intérêts. « Selon nos calculs, chaque habitant des pays bénéficiaires a reçu environ 2 € en 2020 et remboursera 87% de ce ‘’don’’ », se désole le think tank 1Puissance55.

Qui se définit comme « une usine à idées ». Le think tank vise à faire de l’Afrique une entité qui pèse sur la scène internationale, qui ne se contente pas de subir le jeu, mais qui peut défendre ses intérêts, peser sur les décisions et les choix, qui peut résister aux hégémonies externes.  Parmi ses publications, L’Afrique postcoroniale, Poker Menteur, Le monde postcoronial et la plus récente, L’Aide publique au développement est en réalité un FAKE NEWS.

Economie du Cameroun      

Partager

Read Previous

Pr Touna MAMA : « je vais vous dire que ce n’est pas le Gicam qui dirige le Cameroun »

Read Next

Kemi Séba : « Biya est un génie politique, pour garder le pouvoir il est très fort »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.