Changements climatiques : l’auto appréciation de Nestlé sur son engagement à atteindre zéro émission de gaz à effet de serre

Le 3 décembre 2020 prochain, Nestlé se livrera à un profond examen sur sa contribution à la lutte contre les changements climatiques. En effet,  l’année dernière, cette entreprise s’est engagée à atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050, adoptant ainsi l’ambition la plus élevée de l’Accord de Paris. « Au cours des derniers mois, nous avons démontré comment nous pouvons concrétiser cet engagement dans nos marchés et dans le monde. Nestlé dévoilera un plan assorti d’échéances pour atteindre son ambition, en publiant des objectifs intermédiaires. Afin de partager nos actions détaillées », annoncent les organisateurs.

Cet événement est organisé par le CEO, Mark Schneider et le Directeur Général, Chef des Opérations, Magdi Batato.  Les travaux se dérouleront en mode virtuel, sur invitation uniquement et la session sera enregistrée.

En rappel, lors de la COP21 à Paris, le 12 décembre 2015, pour mieux lutter contre les changements climatiques, les parties présentes avaient invité le monde à adopter de nouveaux comportements afin de lutter contre les changements climatiques.  L’objectif central de l’Accord de Paris est de renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique en maintenant l’augmentation de la température mondiale à un niveau bien inférieur à 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts pour limiter encore davantage l’augmentation de la température à 1,5 degré Celsius.

 En outre, l’accord vise à accroître la capacité des pays à faire face aux impacts du changement climatique et à rendre les flux financiers compatibles avec un faible niveau d’émissions de GES et une voie résiliente au climat. Pour atteindre ces objectifs ambitieux, une mobilisation et une affectation appropriées de ressources financières, un nouveau cadre technologique et un renforcement des capacités doivent être mis en place, appuyant ainsi l’action des pays en développement et des pays les plus vulnérables, conformément à leurs propres objectifs nationaux. L’Accord prévoit également un cadre de transparence accrue pour l’action et le soutien.

L’Accord de Paris exige de toutes les Parties qu’elles fassent tout leur possible pour présenter des « Contributions déterminées au niveau national » (CDN) et qu’elles renforcent ces efforts dans les années à venir. Cela comprend l’obligation pour toutes les Parties de rendre compte régulièrement de leurs émissions et de leurs efforts de mise en œuvre. Un bilan mondial sera également dressé tous les cinq ans afin d’évaluer les progrès collectifs accomplis dans la réalisation de l’objectif de l’accord et d’éclairer les actions individuelles ultérieures des Parties.

A.O

Partager

Read Previous

Rencontre business : Africa Agri Forum 2020 se tiendra à Yaoundé du 9 au 10 décembre

Read Next

Prise de fonction : l’exécutif communal de Meyomessala sera installé le 25 novembre prochain

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *