Assistance : Paul Biya vole au secours de ses compatriotes

Le chef de l’État Paul Biya

Ils étaient coincés à l’étranger du fait de la fermeture des frontières de plusieurs pays. Le chef de l’Etat fait tout ce qu’il faut pour qu’ils rentrent au bercail.

Le chef de l’Etat Paul Biya est au four et au moulin dans la lutte contre le coronavirus. Après des dons aux 360 communes, la mise à disposition de 5000 tests rapides afin que les résultats des personnes testées au coronavirus soient connus en 15 minutes, voici le Chef de l’Etat sur une autre bataille.

En effet, depuis le 23 avril 2020, le chef de l’Etat vole au secours des compatriotes qui étaient bloqués à l’étranger. Aux frais de l’Etat, des vols sont affrétés pour remmener au bercail des Camerounais qui étaient dans différents pays à l’instar de la RCA, des USA, du Sénégal, de Tunisie, du Nigeria, et de Dubaï où 139 camerounais ont été embarqués, une trentaine aux USA etc. plus de 700 millions ont été ainsi déboursés par les pouvoirs publics. « Vous savez, quand vous avez voyagé, et vous avez un budget, vous arrivez, votre budget fini, et on vous dit vous ne devez rentrer chez vous. C’est des voyageurs, ils sont très contents de rentrer chez eux », déclare Naseri Paul Bea, gouverneur de la Région du Centre.

Grace au nouveau dispositif de dépistage rapide du coronavirus en 15 minutes seulement, chaque passer est fixé sur son sort au sujet de son état de sa santé. Ceux testés positifs sont immédiatement pris en charge par les hôpitaux spécialisés et pourront immédiatement regagner leur famille après. « Je ne trouve pas de mots. Je suis tellement contente, je profite de cette occasion pour dire merci au président de la République pour ce geste humain qu’il a posé vis-à-vis de ses enfants », déclare une secourue.

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Modeste Mopa : « Des 19 mesures, aucune catégorie d’entreprise n’a été oubliée »

Read Next

CICAM : 11 raisons pour justifier le prix du masque à 1300 FCFA

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More

Read More