Assiette fiscale : un droit d’accises de 25% sur la ‘’chicha’’ pour lutter contre le tabagisme

Chicha, une fumée bien coûteuse

Les commerçants de la ‘’chicha’’ avalent tranquillement cette pilule amère depuis 2019, annonce la douane dans son rapport d’activités de cette année-là, un document récemment rendu public. Qui dissipe le panache de fumée qui entoure la situation de cette pipe « moderne » au niveau de la douane camerounaise. « Un droit d’accises au taux général de 25 % sur les pipes et leurs parties, les tabacs et préparations pour les pipes communément appelés « chicha », pour lutter contre le tabagisme des jeunes », apprend-on.

Même si sur le plan local les ravages causés par cette forme de cigarette/pipe n’ont pas encore fait l’objet d’une étude particulière, l’on peut tout de même constater que les bars et autres espaces d’ambiance réservent depuis bientôt trois ans un cadre dédié à cette forme de tabagisme.

Ailleurs dans le monde, la radio BBC explique sur son site internet que le Rwanda et la Tanzanie ont, depuis 2017, interdit la vente de ‘’chicha’’ sur leur territoire. L’Office français de la prévention du tabagisme: www.oft-asso.fr donne amples détails sur cette « cigarette ». Originaire du Moyen-Orient, la chicha également appelée « narguilé », est une pipe à eau dans laquelle on introduit un mélange de tabac et de mélasse spécialement conçu à cet effet. Il existe des tabacs de différents goûts, des plus classiques (pomme, banane, fraise, menthe…) aux plus originaux (cappuccino, cola…). Le principe de cet appareil est simple, la fumée du tabac passe par l’eau et est filtrée avant d’être aspirée par l’utilisateur grâce à un tuyau relié au narguilé. Le nombre de fumeurs de narguilé est estimé à 100 millions de personnes dans le monde, principalement en Afrique, Asie et Moyen-Orient.

L’Office français de la prévention du tabagisme ajoute des éléments plus interpellateurs. « Les dangers de la chicha, beaucoup pensent que la fumée de la chicha est moins nocive que la cigarette. Cette croyance est fausse, archi fausse ! Les taux de goudron et de monoxyde de carbone dépassent de loin ceux de la cigarette ». « 90% des fumeurs de chicha n’ont pas l’intention d’arrêter. Encore plus grave, une séance de narguilé peut exposer le fumeur à un volume de fumée comparable à l’inhalation de 40 à 100 cigarettes. »

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Mise financière : Il gagne 118 millions de FCFA au PMUC

Read Next

Tribune : la « tragédie du cure-dent »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *