Arrêt d’activités : Accusé de fraudes depuis mai 2019, Jumia entame sa descente aux enfers par le Cameroun

Les déboires du champion du e-commerce proviennent du cabinet Citron Research, qui en mai 2019 a démontré que les performances exhibées par Jumia pour son entrée au New York Stock Exchange étaient simplement fausses.

 « C’est Jumia Cameroun pour le moment qui est considéré par cet arrêt d’activités.  Il y aura un communiqué de presse. Mais il y a un problème de maturité du marché, du positionnement, de croissance, c’est en fait cela. En termes de chiffre d’affaires, on ne communique jamais dessus. C’est beaucoup plus la croissance du marché. Le modèle économique qu’on a choisi, évolue-t-il ? N’évolue-t-il pas ? Est-il adapté au marché camerounais ? », Explique et examine une voix de la direction générale de Jumia à Douala. En clair, il apparait que si le téléphone androïde a connu une percée magistrale, la pénétration de l’internet, légèrement appréciable, les habitudes des clients, elles, n’ont pas beaucoup changé. L’achat physique se porte à merveille, malgré un puissant concept comme le ‘’Black Friday’’.

« En interne depuis plus d’une semaine, nous avons senti le danger. Certains collègues, avisés, ont vite démissionné », glisse une autre source.  « Oui, il y a eu une entrée tonitruante en bourse. Ce n’était pas grâce aux performances du Cameroun, le groupe est bien grand », ajoute un autre employé, sur le départ, lui aussi.  Entre les lignes, apparaît donc l’arrêt des activités de Jumia au Cameroun, et non la mort quasi globale de ce groupe présenté comme leader du e-commerce.

En attendant un communiqué de presse, voire une conférence de presse dans la foulée, Kone Dowogonan, patron de Jumia au Cameroun, renforce ce qui, jusque-là se murmurait encore dans la journée du 18 novembre. « En dépit de la croissance rapide enregistrée mois après mois et du retour positif de nos clients, nous sommes parvenus à la conclusion que notre modèle opérationnel ne convenait pas au contexte économique actuel au Cameroun.  C’est pourquoi nous avons pris la décision difficile de transférer  toutes nos opérations au Cameroun vers le modèle des annonces en ligne gratuites à compter du 19 novembre 2019 », explique le jeune patron ivoirien. Après 5 ans d’activités diverses au Cameroun couplées de l’image rehaussée du tourisme camerounais, Jumia voit ainsi son étoile passée du zénith au néant.

Ce que Jumia Cameroun n’évoque pas encore –pour l’heure- ce sont les données chiffrées erronées  que la maison mère a communiquées au New York stock exchange (NYSE), pour capter l’attention des investisseurs. C’était au premier trimestre 2019. Jumia se réclamait alors avoir 2,7 millions clients actifs, un total de 53 000 vendeurs. Le cabinet Citron Research, viendra en mai révéler que Jumia, c’est 2,1 millions de clients et 43 000 vendeurs. La liste des petits ‘’mensonges’’ de Jumia répertoriés par le cabinet sus-évoqué est bien longue. Le Cameroun, à ce qu’il paraît, marque le début d’une série de fermetures.

Aloys Onana

Partager

Read Previous

Curiosité financière : Les camerounais prêtent 75 milliards de FCFA à l’Etat gabonais

Read Next

Samuel Eto’o : Radio Sport Infos, le patron c’est moi

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *