Home » Exclusif : éléments clés sur Christophe Semengue, le patron de ZEJET qui vient concurrencer Camair Co

Exclusif : éléments clés sur Christophe Semengue, le patron de ZEJET qui vient concurrencer Camair Co

by EDC
0 comment

Sur son compte LinkedIn, le réseau social professionnel le plus couru, Christophe Semengue ne présente pas encore à ses plus de 500 followers son nouveau statut : directeur général de la compagnie aérienne ZEJET. Il a eu la licence d’exploitation de son entreprise le 12 octobre 2022.

 Sur ce compte, juste quelques éléments sur le background du nouveau patron : «  Après +10 ans dans l’industrie du transport aérien chez Air France à Paris avec des responsabilités croissantes, Business Analyst, Project Manager, Portfolio Manager et Program Director, je suis aujourd’hui Consultant Principal dans la pratique Gouvernance, Risque et Conformité au sein de Verizon Business. »

Ses spécialités sont en outre dévoilées : Conduite de projet et du changement, amélioration des processus métiers, budget, prévisions et plans sur 3 ans, mise en œuvre stratégique, marketing Stratégique & Orientation Client, développement des affaires.

En un mot comme en mille, c’est donc ce manager, ancien cadre de Air France à Paris qui vient créer ZEJET au Cameroun, son pays d’origine, un marché qu’il connait très bien. En dehors d’être le fils du général en seconde section Pierre Semengue, son nom figure parmi les pères fondateurs de la Cameroon Airlines corporation (Camair Co). Une idée entrepreneuriale qu’il a partagée avec certains barons du régime de Yaoundé à l’instar de Louis Paul Motaze, et qui peine à décoller. En clair, il fait partie, côté idées,  des pères fondateurs de Camair Co.

Mais, murmure-t-on en outre, il y a une décennie, Christophe Semengue a exprimé son désir de créer une compagnie aérienne privée. Ce que rejetteront certains ministres, sous prétexte que le business manquait de pertinence. L’opposition va persister, malgré le courrier de Christophe Semengue à Paul Biya, chef de l’État.

Le sérieux du patron de la nouvelle compagnie aérienne ne fait pas de doute. D’ailleurs ses avions ont été immatriculés au Cameroun. « Toute immatriculation d’avion débutant par TJ- etc. signifie que l’appareil a été immatriculé au Cameroun », explique un fin connaisseur du domaine. « Ses avions d’origine brésilienne sont déjà là » ajoute-on. (photo principale qui illustre cet article, Ndlr).

Lorsque Christophe Semengue présente son projet à Paule Assoumou Koki, directeur général de la Cameroon civil aviation autority (CCAA), la première idée est de faire uniquement du transport des passagers domestiques. Mais la forte expérience de l’impétrant va l’avantager. Et donc, vite, le transport à l’international lui est autorisé, tout comme le fret, la messagerie.

Mais la CCAA reste prudente. Il ne s’agit pas d’un partenariat public/privé. C’est du privé pur. « L’Etat du Cameroun n’assume aucune responsabilité  du fait d’accidents et incidents ainsi que dommages quelconques pouvant survenir à la propriété (matériel volant, installation sur le terrain etc.) au personnel de l’entreprise ZEJET. » « L’entreprise ZEJET doit fournir à l’Autorité aéronautique les informations statistiques de son exploitation dans les formes prescrites par la réglementation nationale. »

Flycam Inter

C’est la seconde fois en six ans que le Cameroun ouvre son espace aérien à une entreprise donc le but est de concurrencer Camair Co. Retour en 2016. Cette année-là,  la CCAA donne un agrément à Fly CamInter, dont le nom commercial est EQUA 2C. Des patrons, de cette compagnie, aucun nom ne filtre. Juste, explique-t-on à la presse lors d’un échange, qu’elle est détenue à 51% par un privé camerounais. La compagnie annonce vouloir desservir les lignes que vise Zejet actuellement. Elle occupe un immeuble à Akwa, quartier commercial de la capitale économique.

L’affaire va se limiter à l’annonce et aux bonnes intentions. « Les activités de la compagnie aérienne AQUA 2C, qui entend opérer sous le nom commercial de Fly CamInter sont suspendues à compter du 24 mars 2016 pour non-conformité à la réglementation en vigueur », viendra trancher un communiquer de Edgar Alain Mebe Ngo’o, alors ministre des Transports.

Des indiscrétions-pour se dédouaner-, l’on apprendra que EQUA 2C a reçu sa licence d’exploitation en 2013, son certificat de transport aérien en 2014. Et en 2015, l’entreprise connaîtra un changement d’actionnaires. La suspension de ses activités consistait à mener une enquête de moralité sur les nouveaux patrons camerounais. Mais pour d’autres sources, le pouvoir ne pouvait pas demander la restructuration de Camair Co et en même temps lui imposer une rude concurrence.

Aloys Onana

You may also like

Leave a Comment

Economie du Cameroun

Bulletin d'Information

Abonnez-vous à notre newsletter pour de nouveaux articles de blog, des conseils et de nouvelles publications. Restons à jour!

Articles Récents

@2022 – Tous Droits Réservés. Conçu et Developpé par DesignItechs
LinkedIn20
LinkedIn
Share
Instagram
×

Bienvenu sur notre site

Cliquez juste en dessous pour discuter

×