Numérique : Orange Pulse prend ses quartiers à l’université de Douala et vise à digitaliser au maximum cette institution

Depuis 2018, Orange Cameroun est engagée, avec la bénédiction du ministère de l’Enseignement supérieur à la digitalisation des universités publiques camerounaises. C’est pourquoi, le 12 juillet 2021, cette entreprise des télécoms est arrivée à l’université de la capitale économique et a signé une convention de partenariat numérique avec cette institution universitaire.

A en croire le top management du géant des télécoms français au Cameroun, « nous souhaitons offrir des solutions de connectivité dont le monde universitaire dans son ensemble a tant besoin aujourd’hui.  C’est le sens de la convention (signée) ce jour. C’est le sens des conventions conclues déjà avec les Universités de Yaoundé 1 et 2, de Dschang, de Maroua, de Ngaoundéré et Buea », explique Frédéric Debord, directeur général, Orange Cameroun.

L’initiative de cette entreprise  n’est pas détachée des ambitions des pouvoirs publics de voir les universités camerounaises être au fait du numérique, une réalité aux retombées scientifiques et entrepreneuriales insoupçonnables.  D’ailleurs, une dizaine d’étudiants de l’IUT de Douala finalisent actuellement leur projet de fin d’études au sein de WouriLab, le laboratoire de fabrication numérique de Orange Cameroun.

Il est donc question d’aller plus loin et maximiser la connectivité à l’université de Douala. « Orange Cameroun apporte dans le cadre de cette convention, des solutions fiables, simples et innovantes. Très clairement Orange Cameroun est mobilisée et impliquée dans la transformation numérique du paysage universitaire camerounais, fort de ses savoirs et de ses savoir-faire, en tant que partenaire de la transformation numérique du Cameroun. »

L’université de Douala compte en moyenne 50 mille étudiants inscrits et encadrés par près de780 enseignants dans les 11 établissements, facultés et grandes écoles confondues que renferme ce grand temple du savoir. « Ce qui est essentiel, c’est la digitalisation intégrale des procédures et des process, ce qui est essentiel, c’est la dématérialisation, ce qui est essentiel, c’est la connectivité et l’inter connectivité », se convainc Frédéric Debord.

Pr Magloire Ondoua (à gauche) et M. Debord.

Les différents partenariats prévus dans le cadre dudit protocole d’accord portent entre autres sur  la mise en place des solutions permettant la formation à distance et la familiarisation aux nouvelles technologies évolutives des télécommunications, la mise en place à travers un service de monnaie électronique, d’une solution permettant aux gestionnaires des Universités et grandes écoles de collecter, et gérer les frais divers (inscription, examens, l’octroi aux étudiants des stages académiques, le sponsoring de diverses activités du ministère des Enseignements supérieurs l’accompagnement de ce ministère pour l’organisation de compétitions sur le numérique.

Pr Magloire Ondoua, recteur de l’université de Douala ne boude pas cette porte ouverte à ses étudiants. De son observation, cette initiative vient « ensorceler » les étudiants. « Mais il s’agit d’une bonne sorcellerie, qui vient orienter vers le développement irréversible. » « Continuez à susciter la créativité, détournez nos jeunes du vice, de l’ennui et du besoin. »

Aloys ONANA

Partager

Read Previous

Transport aérien : une mission de l’ASECNA annoncée au Cameroun pour détecter les raisons qui ont plongé l’aéroport de Douala dans le noir

Read Next

Gestion publique : l’entreprise publique camerounaise toujours dans de mauvaises nouvelles malgré les réformes entreprises en 2017

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More