Nouvelles technologies : un partenariat entre le Minpmeesa et Digital Transformation Alliance

Partenariat entre DTA (à gauche) et le Minpmeesa, à droite.

Le ministère des Petites et moyennes entreprises, de l’économie sociale et artisanale (Minpmeesa) ne veut pas rater le coche de l’histoire numérique inspiré par Paul Biya, chef de l’Etat du Cameroun. D’où la signature à Yaoundé le 8 janvier 2021 d’une convention entre ce ministère, colonne vertébrale des petites et moyennes entreprises et Digital Transformation Alliance (DTA). « La signature de la convention vient concrétiser davantage cette dynamique de transformation à laquelle notre pays doit faire face. Ceci s’inscrit en droite ligne du message que le chef de l’Etat  à la nation le 31 décembre 2020 et dans lequel il déclinait les orientations et les axes stratégiques à travers lesquels notre stratégie nationale de développement devrait conduire à l’émergence. L’alliance de transformation de digitalisation (la Digitale transformation alliance) avec laquelle nous avons signé cette convention s’inscrit dans la réalisation de cette vision », se félicite Achille Bassilikin III, le patron  du Minpmeesa.

Le monde se digitalise à une vitesse fulgurante. Et avec l’arrivée de la pandémie du covid-19, la montée du numérique s’impose avec autorité à tous. Et surtout, au monde économique à tous les niveaux. Il urge donc de tout mettre en œuvre pour ne pas rester à la traine et saisir au mieux tous savoirs émanant du numérique. « Nous avons préparé une feuille de route qui va permettre non seulement à DTA d’apporter son concours technique, de mobiliser les énergies de la diaspora en Allemagne et  en France et surtout avec le concours d’un partenaire technique qui est la fondation Dassault pour apporter d’avantage et injecter dans notre écosystème entrepreneurial l’apport des startups qui pourraient de ce point de vue accompagner le processus de transformation structurelle de notre économie et de répondre aux défis par le développement de prototypes, par le développement de solutions innovantes et qui peuvent bien être appliquées au monde entrepreneurial que finalement aux innovations technologiques », souligne le Minpmeesa.

DTA se présente comme un incubateur d’entreprises, un levier d’émergence d’un écosystème entrepreneurial innovant et compétitif, visant à donner les clés du succès à tout ce qui a trait au numérique. Les ambitions de cette structure sont à la mesure des retombées numériques : grandes. « L’objet de cette convention entre DTA et le Minpmeesa est de créer un cadre de l’innovation technologique et entrepreneurial pour stimuler nos PME/PMI dans leur chemin de la transformation. À travers cela nous allons pouvoir faire un transfert concret de technologie et de compétence, qui s’inscrivent naturellement dans le cadre de la nouvelle stratégie nationale de développement (SND 30) qui a été communiquée récemment », indique le Pr. Ingénieur Mbang Sama, fondateur et directeur général de DTA.

Ce n’est pas tout. La vision est bien plus grande. « Nous allons stimuler l’innovation entrepreneuriale, nous allons développer de nouvelles technologies et les adapter à notre contexte, nous allons créer de nouveaux métiers adaptés aux enjeux de cette transformation et surtout, ce cadre va nous permettre de créer des contenus, les développer, pour répondre à ces enjeux retenus dans les différents axes de la SND 30 ». « Nous sommes persuadés que, accéder et maitriser les technologies de digitalisation, d’ingénierie de pointe avec un état d’esprit transformationnel est la clé aux individus et sociétés de façonner leur propre futur et ainsi parvenir à une meilleure qualité de vie durable et équitable » soutient la figure de proue de DTA.

Aloys Onana     

Partager

Read Previous

Finance : l’entrée magistrale du Simbcoin en bourse

Read Next

Perspectives : les infrastructures de transport au cœur d’un forum international à Yaoundé

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *