Financement : un budget de 164 millions de FCFA pour le Centre multifonctionnel de Bépanda

Il faudra plus aider la personne socialement vulnérable  à Douala à jouer un vrai rôle économique non négligeable.

164 790 799 de FCFA. C’est le budget cette année du Centre multifonctionnel de Bépanda (CMB), à Douala. Pour la ministre des Affaires sociales (Minas) Pauline Irène Nguené, née Kendeck, « il nous faudra toujours nous rappeler que le budget dont nous allons doter le Centre pour l’exercice 2020 doit lui permettre de continuer à imprimer sa marque et surtout de répondre avec efficacité et efficience aux besoins spécifiques d’insertion socioprofessionnel des personnes socialement vulnérables. »

En 2019, les réalisations de cet établissement social qui fournit de nombreuses formations aux personnes socialement vulnérables sont analysées par la Minas. Il y ressort que l’administration du CMB s’est dotée d’outils de planification, de suivi et d’évaluation permettant d’assurer une lisibilité des activités du Centre, un projet de Plan de formation est élaboré. Celui-ci définit « clairement » les grandes orientations ainsi que les itinéraires pédagogiques et les curricula de formation. 10 ateliers – art culinaire, braille, esthétique,  arts plastiques, couture, informatique, musique chant, repassage  etc.- sont opérationnels et donc, de véritables incubateurs d’emplois pour les jeunes souffrant d’un handicap ou socialement vulnérables. « En un mot, le CMB est opérationnel et avance progressivement vers un fonctionnement à plein régime », se félicite la Minas. Qui souhaite que l’on reformule les dossiers relatifs à la consommation de l’eau, de l’électricité et du téléphone afin que ces charges soient lui soient affectées.

Pour autant, le président de gestion du CMB Fritz Ntonè Ntonè et ses proches collaborateurs dans ce Centre relèvent l’absentéisme de certains apprenants, leur présence intermittente, des cas d’abandon des apprenants par manque de moyens de transport, l’indisponibilité de certains matériels spécialisés dans certains ateliers, les limites des stocks de consommables, les limites de la communication avec les personnes ayant un handicap auditif.

Le CMB a pour missions d’insuffler le droit à la réussite des personnes socialement vulnérables. Peu importe leur statut et leur niveau d’instruction, leur appartenance communautaire et religieuse, leurs faiblesse et leurs différences. Les formations qui y sont dispensées sont socio professionnelles. Ce qui leur permet plus tard, soit de se mettre à leur compte, soit de se lancer sur le marché de l’emploi pour leur insertion socio économique. La Minas a d’ailleurs remis 46 parchemins aux récipiendaires  qui se sont démarqués l’année dernière.

A.O

Partager

Read Previous

Accompagnement : l’ONG World Assembly of Muslim Youth offre des dons à 54 orphelins

Read Next

Expansion : la Banque Arabe pour le développement économique en Afrique s’intéresse au Cameroun

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *