Fer de Mbalam : curiosités gênantes après la signature du mémorandum d’entente entre le gouvernement camerounais et les nouveaux partenaires

Verre de champagne en main. Large sourire. Veste trois pièces, Alexandre  Mbiam –fils de l’ancien député de la Vallée du Ntem Emmanuel Mbiam – la trentaine bien entamée,  est tout sourire au premier étage de l’hôtel Hilton de Yaoundé. Nous sommes le 25 juin 2021. Le ministre des Transports (Mintrans) Jean Ernest Massena Ngallé Bibéhé a invité de nombreux membres du gouvernement prendre part à cette rencontre qualifiée d’« historique » par certains. Parmi eux, Gabriel Dodo Ndoke, des Mines, Grégoire Owona (du Travail), Jules Doret Ndongo (Fôrets), Catherine Abéna Ondoa (Femme et famille), Mbah Acha Rose Gwari (Contrôle supérieur de l’Etat).

 Il s’agit de la signature d’un mémorandum d’entente (MoU) entre le gouvernement camerounais et les sociétés  Bestway Finance Ltd –dont Alexandre Mbiam en est directeur général– et AutSino Ressources, une entreprise chinoise experte en mines. Les deux structures doivent construire une voie ferrée de 540 Km reliant Mbalam au port de Kribi, et ériger un terminal minéralier au sein de cette infrastructure portuaire.  

Il est annoncé un nombre important de retombées fiscales. Mais « aucun fonds public n’est requis pour le développement de ces gigantesques projets exclusivement adossés sur des efforts d’investissements corporatifs. Le consortium réuni constitué de certains des plus grands groupes chinois dans les domaines de la construction de ports minéraliers, de chemin de fer, de mines, d’aciéries et de la commercialisation du fer », apprend-on des documents remis à la presse.

Le directeur général de BestWay Finance Ltd et le ministre des Transports.

Les chiffres ici sont évasifs. « Ces sociétés () comptent chacune parmi les leaders  mondiaux de leurs secteurs d’activités respectifs, représentent, combinées plusieurs centaines de milliards de dollars de chiffres d’affaires annuels, de même que de capitalisations boursières et surtout plusieurs dizaines de milliers de brevets et des centaines de milliers d’emplois à travers le monde. » Ces phrases, Alexandre Mbiam les récite, à chaque fois que l’occasion se présente à lui. Tout comme il n’a de cesse de brandir 20 mille emplois que générera l’exploitation du fer de Mbalam etc. ainsi que les 5500 milliards de FCFA que BestWay Finance Ltd qu’il manage déboursera pour ce projet.  Jusque-là, sans problème.

Hic

Pendant la signature du MoU, il est expliqué à la presse qu’elle aura droit à un point de presse. L’annonce est répétitive. Encore et encore. La presse économique qui suit ce dossier prépare des questions. Seulement, une fois les discours officiels terminés, le speaker annonce que la rencontre avec la presse est annulée. « Il a été soufflé à M. Mbiam que des questions embarrassantes pourraient arriver. Certes, la veille, l’on avait déjà des questions préparées et remises à certains journalistes. On a juste esquivé l’arrivée des imprévues », commente un diplomate en poste à Yaoundé, très au fait de ce dossier.  

Dans un communiqué daté du 27 juin 2021, Sundance monte au créneau et indique que celui qui est présenté comme nouveau partenaire est en réalité un ancien acteur de ce projet du fer de Mbalam qui peine à voir le jour. « Sundance et AustSino s’étaient associés pendant deux ans pour travailler ensemble au développement du Projet de minerai de fer de Mbalam-Nabeba, qui comprenait le développement de la mine de Mbalam au Cameroun et la mine de Nabeba en République du Congo ainsi que les chemins de fer et infrastructures portuaires pour livrer les minerais de fer sur les navires à Kribi. Dans le cadre de cet accord de partenariat et de bonne foi, Sundance a présenté AustSino et à plusieurs de ses partenaires industriels chinois d’AustSino aux autorités du Cameroun et au Congo. »

Trahison

Entre les lignes, apparait une trahison.  Celle-ci est adossée sur un handicap qui a mis la brouille entre les deux partenaires. « Cet accord de partenariat, mis à jour et prolongé à plusieurs reprises, s’est appuyé sur un engagement d’AustSino à investir 29 millions de dollars dans Sundance pour fournir à la société des fonds afin de faire avancer le projet de Mbalam-Nabeba. L’accord de partenariat a été résilié par Sundance en novembre 2020 en raison de l’incapacité d’AustSino à respecter ses engagements d’investissement », souligne Sundance.

Qui ajoute. « AustSino était notre partenaire depuis plusieurs années. Nous avons travaillé de bonne foi pour intégrer AustSino à notre projet et défini son rôle dans les négociations avec le Cameroun et le Congo sur la base d’une compréhension claire qu’AustSino agirait dans nos intérêts mutuels conformément aux obligations légales. »

L’infidélité se renforce. « Moins d’un mois après que Sundance a mis fin à l’accord de partenariat avec AustSino, le Congo a, illégalement et sans avertissement, résilié la licence détenue par Sundance et ses filiales sur le projet Nabeba et les a attribués peu après à Sangha Mining Development, une nouvelle société enregistrée à Hong Kong détenue à 100 pour cent par Bestway. »

 Avertissement

Giulio Casello, le président directeur général de Sundance piaffe de gêne. « Nous sommes choqués par ces derniers développements, notamment parce qu’une société australienne – AustSino– que nous avons introduit dans le projet de minerai de fer de Mbalam-Nabeba tente de bénéficier de l’expropriation illégale des actifs de minerai de fer de Sundance. »

photo de famille.

A l’en croire, le partenaire chargé du volet technique sur le terrain est une entreprise qui n’est pas en bons termes avec la Bourse australienne des valeurs mobilières (ASX). « Sundance note également une annonce de mise à jour des actionnaires datée du 26 juin 2021 par AustSino, une société basée à Perth qui a été radiée de l’Australian Securities Exchange en décembre 2020. »

Sur le site internet de AustSino construit en 2020, l’on découvre quatre PDF. Le dernier concerne le récent MoU à Yaoundé le 25 juin 2021, tandis que le premier date du 7 décembre 2020. Ce document indique. «AustSino Resources Group Limited (ASX : ANS) – Retrait de la liste officielle. AustSino Resources Group Limited (« ANS ») sera retiré de la liste officielle de l’ASX à compter du lundi 7 décembre 2020 en vertu de la règle de cotation 17.12. Les titres d’ANS ont été suspendus de la négociation pendant une période continue de 2 ans. Le retrait a été effectué conformément à la politique énoncée à la section 3.4 de la note d’orientation 33 sur les règles de cotation de l’ASX Retrait des entités de la liste officielle de l’ASX. »

Radié de la bourse d’Australie  

Un autre PDF additionne. « Les titres d’AustSino ont été radiés de l’ASX car ils ont été suspendus de la négociation en bourse pendant plus de deux ans. Ayant précédemment obtenu une prolongation de la radiation, l’ASX a indiqué qu’aucune autre prolongation de la radiation ne serait accordée au-delà du 7 décembre 2020. En conséquence, et conformément à la politique de l’ASX, les actions de la Société ont cessé d’être cotées sur l’ASX à partir du 7 décembre 2020. La suspension était principalement due à l’incapacité pour AustSino de conclure la transaction proposée avec Sundance Resources Limited. L’accord avec Sundance a été résilié par Sundance en novembre 2020. »

Aloys ONANA

Partager

Read Previous

Transport interurbain : FINEXS Voyages met sur la route ses bus ‘’Anti Covid-19’’

Read Next

Cédric KETCHANGA : « La plus grande assurance que nous avons est la qualité des relations entre Brazzaville et Yaoundé »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read More

Read More

Read More