Dikolo/Douala : ‘’habitat précaire et insalubre’’, ‘’ sans risque de conflit’’,  les arguments de Ntonè Ntonè à Olivier Chi Nouako

Economie du Cameroun vous fait découvrir le contenu du compte rendu de la réunion tenue le 29 avril 2014 à la Communauté urbaine de Douala (CUD) entre les promoteurs de ce qui était jadis perçu comme le projet de construction d’un Hilton hôtel, devenu par la suite Marriot.

Le document porte la signature de Ntonè Ntonè, ancien délégué du gouvernement à la CUD et atteste que, depuis 2015, les peuples autochtones de Dikolo ont plutôt été sacrifiés par leurs propres fils, jadis en poste à la CUD.

Faisant suite à une demande des promoteurs du Projet de construction d’un hôtel Hilton à Douala conduits par M. Olivier Chi Nouako, président directeur  Genéral de lmmlgration & Business Canada (IBC), le Délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala (CUD) a personnellement reçu en son cabinet lesdits promoteurs, après s’être préalablement entretenu avec I ‘architecte Philippe Bisseck, préssenti par ces promoteurs comme l’architecte local, partenaire de celui agréé par le Groupe Hilton, qui sera chargé de la conception de ce projet hôtelier à Douala.

Les entretiens ont par la suite été suivis, sur instructions du Délégué du Gouvernement, par une séance de travail à la Direction de Etudes, de la Planification, des Investissements et du Développement Durable (DEPIDD) à laquelle ont pris part, autour de son Directeur, des cadres de la DEPIDD et, les responsables et partenaires de immigration & business Canada (lBC), dont la liste jointe ci-après, suivie d’une descente sur le terrain.

Le contenu des échanges

Au cours de ces entretiens, en marge de la présentation des Programmes et des partenaires identifiés, les promoteurs ont rappelé Ieur volonté de contribuer à l’amélioration de l’offre hôtelière de classe internationale dans la Ville de Douala, par la construction d’un Hôtel Hilton de 250 à 280 chambres, comprenant les services et autres commodités (Casino, Tennis, Salles de Conférences, Piscine, Fitness etc.,) que I’on rencontre dans les hôtels de cette prestigieuse chaîne.

Ceci dans le but, en marge de l’impact social généré par la création des emplois, de permettre à la Ville de Douala d’améliorer son attractivité et sa compétitivité, par rapport aux autres villes proches (Ndjamena, Malabo, etc.,) ou relativement lointain tel  (Kigali, Abidjan, Dakar, etc.,) qui, sur ce segment de la demande, disposent d’une certaine longueur d’avance par rapport à Douala.

Les promoteurs du Projet ont réitéré leur souhait de voir aboutir la procédure de mise à disposition du terrain récemment pressenti pour accueillir cet Hôtel, à savoir celui objet du TF 44477lW, d’une superficie de 2,6 ha sur lequel, la CUD propriétaire a programmé l’aménagement d’un Parc urbain dit une Forêt urbaine, espace de détente, de respiration et de socialisation, qui fait actuellement cruellement défaut à la Ville de Douala.

L’organisation spatiale de la Vallée de Bessékè

Au cours des échanges techniques, la CUD a fait valoir que la Vallée de Bessékè et, notamment, le secteur ayant antérieurement abrité I’ancienne gare ferroviaire et ses installations annexes, a fait I’objet, dans le cadre du nouveau Plan Directeur d’Urbanisme, d’une répartition fonctionnelle de l’espace avec notamment la promotion d’un pôle hôtelier dans la partie sud de l’échangeur Joss (Cf Djeuga palace et d’un pôle commercial < ATRIUM > en cours d’achèvement. Dès lors, cette configuration rend  incompatible la construction d’un hôtel international de type Hilton sur la parcelle sus-évoquée au risque d’accroitre encore  les inconvénients que I’on observe déjà dans cette partie de Iadite vallée.

Proposition d’un site de substitution approprié

Dans le cadre de ces échanges, la CUD a fait connaitre I ‘existence d’une parcelle d’ordre de 2 hectares environ, située entre la Station services Oilibya et, l’échangeur Joss et I ‘Hôtel DJEUGA en construction, dans le pôle hôtelier sus-évoqué, Ladite parcelle actuellement occupée pour I’essentiel par de I’habitat précaire et insalubre serait mieux que toute autre parcelle de la Vallée indiquée (profondeur appropriée, accès direct sans risque de conflit, et de perturbation de la circulation sortie aisée en empruntant l’échangeur soit pour se rendre à l’aéroport, ou au centre décisionnel de Bonanjo, accès direct, vois de dégagement vers la rue Kumassi etc.

Par ailleurs, pour faciliter l’installation d’éventuels autres services ou commodités notamment des équipements sportifs additionnels, il a été proposé par la CUD, moyennant la construction d’une parcelle appropriée et, la couverture du drain Béssekè, la possibilité d’aménager la < coulée verte >, située au droit de la parcelle proposée (cf., carte ci-jointe).

Pour asseoir au mieux les idées des uns et des autres et, avoir une compréhension commune des enjeux et des propositions énoncés, une descente sur le terrain de I ‘ensemble des participants à la réunion a été effectuée.

Ainsi, en marge des avantages évoqués ci-dessus, le Projet Hilton serait l’occasion idoine de réaliser l’indispensable opération de rénovation urbaine qu’il conviendrait d’entreprendre sur site desservi par une des plus prestigieuses artères de la ville.

Sur la base de l’importance, de I ‘urgence et des enjeux divers du projet hôtelier pressenti, la domanialité du site exigerait la formulation d’une Déclaration d’Utilité Publique (DUP), tout au moins sur les parcelles ayant depuis lors connu des mutations régulières, à partir du titre foncier origine de I l’Etat.

Les promoteurs ayant formulé des réserves sur la disponibilité rapide de ce site, en raison de son occupation, même par de I ‘habitat précaire, voire irrégulière, la CUD tout en marquant sa volonté d’accompagner l’émergence de cet important projet pour la ville, a fait valoir que I’option qu’elle propose, décrite ci-dessus, aurait au contraire le triple avantage de la célérité (DUP à prendre part un arrêté du MINDCAF, suivie de la constitution d’une Commission préfectorale de constat et d’évaluation des biens d’une quarantaine de concessions), dg la conformité par rapport aux Très hautes décisions du Président de la République et, de l’équité urbaine, à savoir, favoriser à travers l’aménagement d’un parc urbain (Forêt urbaine), un espace de socialisation qui, inéluctablement, de par sa position géographique, profitera aux clients de I’Hôtel Hilton projeté, mais également aux habitants de la ville.

Partager

Read Previous

Agronomie : 1000 FCFA, le coût de formation que lance la Chambre d’agriculture

Read Next

Banque :Une nouvelle agence UBA opérationnelle à Biyem-Assi

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read More

Read More

Read More