Agro-industrie : la survenue de la grippe aviaire en occident inquiète le Cameroun

Le ministre de l’Elevage, des pêches et des industries animales  (Minepia) est sur le qui-vive depuis le 9 novembre 2020. « Suite à l’apparition  récente et la propagation des foyers de l’influenza aviaire hautement pathogène au Danemark, en Allemagne, au Royaume Uni, aux Pays-Bas, en Russie et en Israël rapportés par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) entre le 23 octobre et le 06 novembre 2020, et afin de limiter les risques d’introduction de la maladie sur le territoire camerounais », Dr Taïga, le patron du Minepia et les maillons de l’industrie animale au Cameroun sont très inquiets.

Ce qui justifie la prise des décisions visant à éviter l’entrée de cette maladie au Cameroun. Ainsi, le directeur des services vétérinaires, celui du développement des productions et des industries animales, les délégués régionaux de l’élevage, des pêches et des industries animales, les chefs de postes d’inspection sanitaire vétérinaire des ports et aéroports sont appelés à renforcer la surveillance des frontières.

En rappel, conformément à la décision N°00164 /MINEPIA du 25 juillet 2006, l’importation de certaines espèces sensibles à l’influenza aviaire  hautement pathogène (grippe aviaire) et de certains matériels d’élevage sont proscrits d’entrée au Cameroun. L’interprofession avicole quant à elle interdit l’importation du Nigeria, entre autres. « Il vaut mieux avoir des élevages vides que d’avoir le virus. J’ai fait un message dans le forum des éleveurs (…) demandant l’arrêt des importations des produits avicoles », explique, dans les colonnes de Cameroon Tribune,  François Djonou,  président de l’Interprofession avicole du Cameroun (Ipavic).

Godlove Tekam

Partager

Read Previous

Gestion publique : fusion du Minepat au Minfi, transparence dans la gestion des fonds pétroliers, le Livre Blanc du Gicam donne des pistes pour une émergence réussie

Read Next

Place portuaire : après la sentence de la Cour internationale d’arbitrage DIT rêve encore de son retour au port de Douala

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *